©
Voulez-vous chanter avec nous cette vieille chanson d'autrefois ?
Fleur de Blé Noir
Théodore Botrel .
De Dinan où il est né en 1868 , à Pont-Aven d'où il est parti émouvoir les Anges en 1925, il a chanté (et fait chanter) sa belle Bretagne toute sa vie.
Sur les bords de la Rance , où j'ons vu le jour ,
J'ons la douce espérance d'être aimé d'amour .
Dans une métairie comme aide-berger
Pour mieux voir ma jolie , je me suis gagé .
Refrain

Ah ! Nulle bretonne n'est plus mignonne à voir
Que la belle que l'on appelle Fleur de Blé Noir .
Non , non ! Nulle bretonne n'est si mignonne
A voir , que ma Fleur de Blé Noir .
Lorsque je l'ons croisée un soir dans le blé
Si blanche et si rosée , j'en fus aveuglé .
Et ma lèvre ravie murmura " bonsoir "
Salut à Vous Marie , la Fleur de blé noir .
C'est dans les blés de même , par un soir doré
Que je lui dis " je t'aime , toujours t'aimerai !"
C'est dans les blés encore qu'au doigt je lui mis
Un quinze août dès l'aurore , l'anneau des promis .
Allons gars et fillettes faucher les moissons
Car les récoltes faites , nous nous épouserons .
Et puis dans la nuit claire , où tous rassemblés
Nous danserons sur l'aire où l'on bat les blés ...
Vivant la vie heureuse que Dieu nous fera
Attendons la faucheuse qui nous fauchera .
Quand vous verrez que tombe notre dernier soir
Semez sur notre tombe des fleurs de blé noir .
Le blé noir ?
C'est du sarrasin ( polygonum fagopyrum) ...mais il n'a rien à voir avec le blé , qui est une graminée . Lui , il est une polygonée ( comme l'oseille , à laquelle sa feuille ressemble , ou à la rhubarbe ) . On l'appelle aussi la renouée .
C'est une plante des terres pauvres ( Bretagne , Massif Central , Europe Centrale , Asie ...) et elle regroupe toutes les vertus de la Bretagne : solide ( elle ne demande ni engrais ni pesticides ) , discrète ( ses petites fleurs sont blanches ou rosées , ses grains sont groupés en petits amas gris sombre .... il n'a pas la majesté de l'épi de froment ) , étrange ( ses tiges, elles , sont rouges , creuses , hautes   presque1 mètre de haut  , noueuses ( polygonum veut dire...."beaucoup de genoux" ! ) et pleine d'un charme mystérieux : elle attire particulièrment les abeilles qui produisent alors un miel particulièrement fort en goût .
La culture du sarrasin a connu une éclipse dans les années 50 mais les "galettes de sarrasin" aidant et la mode revenant aux produits dits "naturels " , il retrouve une certaine notoriété .
Pendant notre récent  petit périple breton , nous vons pu voir , aux Moulins de Kerouat , Ecomusée de  Commana , dans les Monts d'Arrée (Finistère ), la moisson d'un champ de sarrasin . Les tiges sont fauchées à la faux ou à la faucille (on peut employer la moissonneuse , mais la plante est très acide et les lames rouillent vite ! ) . Les moissonneurs rassemblent une brassées de ces immenses tiges rouges et les étendent parallèlement sur le sol où elles sècheront quelques jours ( mais il faut les surveiller car elles perdent vite leur grain ) avant d'être vanées . Le grain sera ensuite porté sous la meule de pierre du moulin pour donner une farine...toute blanche , et non pas noire...car c'est l'enveloppe du grain ( la  cosse ) qui est gris foncé , et non le grain qui , lui , est très blanc .


NB : c'est émouvant de revoir les gestes de nos  anciens , le mouvement large , régulier et lent de la faux , et puis  l'arrêt pour lisser le tranchant de la lame avec le "fusil" qui pend à la ceinture dans une corne de boeuf .
Les semailles se font au 20 Mai , la moisson à la Saint Michel...mais il faut un chapeau breton pour se repérer :  à chaque pas" il faut 3 grains dans un chapeau breton " ( donc semer avec parcimonie ).
Quant au grain , il est tout à fait particulier : 10 à 20 petits grains tout gris , groupés en bouquet au bout de chaque petite brindille . Chaque grain ressemble à une petite pyramide grise , très dure .
La petitesse et la dureté de la cosse du sarrasin font qu'elle est utilisée pour faire des coussins et des oreillers qui , effectivement , épousent parfaiement les courbes du squelette .
Nous avons encore plein de choses à vous raconter de notre voyage en Bretagne dans les pages suivantes .
Mais déjà , pour  vous y retrouver :
Saint Michel et son Mont , c'est page 119 ( et page 30 )
                            sa Prière pour les mourants , c'est page 119 aussi
                            sa Neuvaine aux 9 Choeurs des Anges , page 120
les Johnnies de Roscoff  ? Ils sont page précédente .
tout sur nous :