©

et  de  Miséricorde
Miséricorde ?

Comment parler de Miséricorde...alors que ce mot est le plus souvent réservé à Dieu dans notre langage courant ( on parle de la Miséricorde Divine...pas de celle de la voisine ) ?
Ce si joli mot est formé de  "miser" , le "malheureux"  et de   "cordis" , le "coeur" .
Pas besoin d'en dire plus , tout est là , dans une image saisissante : le coeur qui bat pour et avec le malheureux .
Ce n'est pas une image statique , pas du tout . C'est chaud et actif comme le coeur ....le coeur qui tressaille et s'ouvre pour le malheureux  ( celui qui éprouve la misère...et celui qui se met dans une condition "misérable" parce qu'il a enfreint les Lois éternelles...ou ses propres lois d'ailleurs ) .
 Cette image de tressaillement intérieur existerait en hébreu dans le mot qui signifie Miséricorde et qui est voisin des "entrailles"...la miséricorde étant donc un mouvement intérieur , incontrôlable , d'amour envers le malheureux .
Une religieuse polonaise , Soeur Faustine ,(née en 1905 , morte en 1938 , béatifiée en 1993) , a peint l'image de la Miséricorde . En son nom , on a fondé la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux .
On est donc bien loin du "jugement" , de la "loi" , de la "culpabilité" , du "châtiment"...voire du pardon .
La Miséricorde....c'est "injuste" !....C'est gratuit !...Cest "impensable" .
Mais ça existe .
Dans les images d'Epinal que l'on voyait dans notre enfance , la Justice était représentée d'une manière curieuse : quelquefois simplement porteuse des rouleaux du texte de la Loi , ou brandissant son glaive et sa balance , les yeux cachés sous un bandeau...Parfois , elle était  accompagnée :
 la Loi lui montrait le texte et se tenait à côté d'elle
....mais la Miséricorde se tenait derrière elles , au-dessus d'elles et posait une main sur leur épaule .
La Miséricorde n'est pas bavarde . Ce n'est pas une "prêcheuse " :
" Moi non plus je ne te condamnerai pas . Va et ne pêche plus" .
( Comme dit un Missionnaire de nos amis : " Ah , lala !....qu'est-ce que nous n'aurions pas dit , nous ?....Elle n'aurait pas eu fini d'en entendre !....") .
"Si le bâton de la Justice doit être infléchi....que ce soit , non sous le poids de l'or , mais sous celui de la Miséricorde ."
Ils ont dit :
...."la Miséricorde reconnaît : mon coeur déborde du désir d'aider chacun . Je fais attention à toute peine . J'aide celui qui est faible et le mène à la guérison . Je suis un baume salutaire pour chaque douleur et mes paroles font du bien "  ( Hildegarde de Bingen  1098-1179 )
" Si la miséricorde de Dieu dépendait de certains dévôts , les pêcheurs seraient bien à plaindre "  ( Clément XIV )
...." Les torts des autres n'humilient pas ."  ( Aristote )
Faites-vous Miséricorde à vous-même !
Bien sûr , nous le savons , pas la peine de nous le redire , vous êtes comme nous : très imparfaits...voire encore pire .
Celà n'entre pas en compte .
Justement , la Miséricorde ...c'est  "par-delà le Bien et le Mal "...c'est dans le domaine de l'Amour pur ( bien au-dessus du nôtre ) .
Alors , dans le silence , dans la gravité , dans la joie qui rend timide : s'il vous plaît , faites-vous Miséricorde !
Faites-vous  Miséricorde  !
D'autres "miséricordes" dans le langage commun :
*** Et un petit poignard , manifestement capable d'une efficacité....définitive , par lequel on pensait obliger l'adversaire à  "crier miséricorde " .
L'ancre de miséricorde .
*** L'ancre maîtresse d'un bâteau , celle qui était le dernier recours .
***  Un petit rabat sur l'abattant d'une stalle de choeur ...plein de miséricorde pour le dos et les jambes ! Ainsi , au cours des interminables et répétés offices du Moyen Age , les religieux pouvaient-ils être successivement assis , debout....puis debout-assis quand la fatigue se faisait sentir .
 Enfin , et ça , c'est magnifique parce que très "humain" , un "petit plus" ( récréation , repas amélioré , etc....) accordé aux religieux en certaines occasions . Une petite pause , avant de reprendre la course , quoi .
NB : en Italien , c'est "l'ancre d'espérance" . Joli , non ?
Il fallait bien que notre bon Docteur y mette son grain de sel ! Enfin , ça lui fait tellement plaisir......
 
Les "coliques du miserere" caractérisaient le volvulus de l'intestin ( occlusion intestinale par torsion d'une anse intestinale) , gravissime , nécessitant une chirurgie immédiate , et atrocement douloureuse....au point que l'on chantait le "Miserere" pour le soulagement du malade .
tout sur nous ?
Naviguez , c'est facile :   page précédente      page suivante     retour à l'INDEX
écrivez-nous vos témoignages de miséricorde...et remerciez de les avoir vécus .