Pentecôte ?....mais c'est le 50ème jour à partir de Pâques !
Oui , nous avons le temps !...mais il y a du Lulu là-dessous .
Nous vous racontons tout .
Revigorée par le petit vent frais du Printemps , Lulu est arrivée à notre réunion de rédaction toute rose d'avoir marché d'un bon pas...et avec un gros bouquet de pivoines .
- Voilà des Roses de Pentecôte " a-t-elle claironné , sûre  de son petit effet (vous pensez bien qu'elle avait pioché le sujet avant de venir ! ) .
Nous restâmes cois et coites , nous , pauvres ignorants ....mais , comme ce qu'elle avait à raconter nous a plu...eh bien , allons-y pour une page sur ces jolies fleurs , pourquoi pas ?
Lulu , toute contente ( ce n'est pas si souvent que ses idées sont retenues , après tout ) , en est devenue " rouge comme une pivoine "...mais ça lui va très bien . (NB : nous avions bien ri , quand ça lui est déjà arrivé ,  p. 140 !)
C'est vrai , ce nom de  "Rose de Pentecôte" ?

Absolument . Mais il n'est plus beaucoup utilisé . Il venait naturellement de l'observation de la floraison... foisonnante des pivoines dans les jardins en avril et mai ( alors que les "vraies" roses fleurissent jusqu'à l'hiver ) .
La pivoine était aussi appelée  : "Rose de Notre-Dame" sans doute parce que le mois de mai était traditionnellement le "mois de Marie " .
Enfin la "Rose sans épines" rend justice à sa beauté et à son absence d'épines .
Flatteur , tout celà . Mérité , aussi .
D'où vient-elle ?

Probablement de Chine (et du Japon), où elle symbolisait  -surtout les pivoines  rouges- richesse et honneurs . Pline l'Ancien , et Hippocrate  (400 ans avant JC) les connaissaient , mais l'Europe ne les a cultivées qu'à partir du XVIème siècle...et dès lors les a mises partout : jardins , tables royales , tableaux , miniatures , tentures , etc....
Et pour les savants ?

C'est une renonculacée , dicotylédone de l'ordre des ranales ( en  latin , ranunculus veut dire...petite grenouille ! ) Les renonculacées , ce sont  aussi "l'herbe aux fleurs jaunes " , comme le bouton d'or , la ficaire , l'anémone et la clématite ...toutes toxiques d'ailleurs ( et donc utilisées en homéopathie à très hautes dilutions ).
Pour les savants...elle était "paeonia" à Rome et "paiona " en Grèce ....ah , ah ?...
Voilà le fin mot de l'histoire : c'est la fleur de Païon !
Païon ?...celà ne vous dit rien ?
Païon ( ou Peone)était le fils d'Esculape  , Dieu de la Médecine ( ou peut être un autre aspect de ce dernier ?...Esculape II ?...ça on ne sait pas très bien , mais ce n'est pas grave , tant que ça reste dans la famile...oublions cette version ).
A l'époque , on s'entre-tuait pas mal (déjà !) . Pluton lui-même fut blessé par Hercule quand celui-ci descendit aux Enfers pour capturer son chien , Cerbère ( ça ne se fait pas , mais c'était sur la liste des 12 travaux à exécuter par Hercule , alors....).
Pluton , handicapé par sa blessure mais au courant des petits potinsde l'Olympe , appela à son chevet non pas Esculape...mais Païon , plus jeune et donc  au courant des techniques les plus modernes de l'époque .
Catastrophe !...Esculape prit très mal la chose . Son sang ne fit qu'un tour ( ce n'est jamais bon à son âge )...et il voulut occire ce jeune blanc-bec . Pluton , qui misait sur l'avenir , n'eut que le temps de le changer (temporairement ? ) en fleur , selon l'inspiration du moment ; comme il y avait un vase de roses près de lui ( Pluton est un grand sentimental , mais il ne veut pas qu'on le dise )...il le transforma en rose rouge...mais comme il était pressé , et pas très en forme à cause de sa blessure , il oublia les épines et se trompa de parfum .
Si bien qu'on se trouva devant une nouvelle fleur , inconnue jusque là . Il fallut lui donner un nom , et on s'inpira de celui de Païon ...d'où "paeonia" , qui devint "pivoine" .
Et voilà .
Une autre légende ?...c'est page suivante .
Merci pour toutes les jolies cartes reçues ces jours-ci !
Naviguez sur les 168 pages précédentes !
retour à l'INDEX
tout sur nous