...exotique
©
Ah , l'exotisme du cassoulet !...

Nous avons déjà parlé du cassoulet (page 14 ) ....et dégusté de fameux .
Nous y repensons avec plaisir , vous savez , ces souvenirs qui viennent et reviennent, tout fiers d'avoir plu...saveurs , mystère de la préparation...bref , de quoi tenter un saint .
L'exotisme , quoi .
De l'exotisme , nous en avons trouvé cette semaine au cours d'une petite escapade dans le quartier chinois de Paris , histoire de fêter le démarrage de notre site .
Sur le menu , il y avait les traditionnels beignets de crevettes , les plats sur plaque chauffante , le canard laqué , le porc à l'aigre-doux...et "les cassoulets" . Tête de notre tablée .
"Cassoulet aux légumes , à ceci , à celà..." .
C'était trop tentant , et l'un de nous a choisi le "cassoulet aux fruits de mer"...comme ça , à l'aveuglette , l'amabilité du personnel n'ayant pas aplani la barrière linguistique . C'était le N°423 , d'après le maître d'hôtel . Point . Il n'y avait pas à discuter , encore moins à colloquer .
Un quart d'heure et quelques nems et petites brioches farcies plus tard , le cassoulet arrivait .
Une superbe petite casserole (une "cassolette" !!...voire une "cassoulette" , accent asiatique compris ?), remplie d'une préparation aussi appétissante qu'odorante .
Un délice . Nous y avons tous goûté , retenant l'idée pour une prochaine fois .
Ah , l'exotisme insoupçonné de certains cassoulets !...
C'est l'été , le temps des fêtes locales ...

Les touristes sont de plus en plus gâtés : beaucoup de fêtes locales, un peu tombées en désuétude , revivent actuellement , et on ne compte plus les manifestations de toutes sortes , où se mêlent parfois tradition sincère ...goût de la fête...gastronomie ,voire "opération" touristique...ça ne fait rien...l'essentiel , c'est qu'elles existent .
Comme dans l'auberge espagnole , vous y trouverez ce que vous y apporterez .
Connaissez-vous la "saint-cochon " (en Bresse ) ?....mmmm !
La fête du Citron à Menton ?
Et la "Santuzza" (Sainte Rosalie ) à Palerme ? ...Il paraît que cette année , malgré les 2 millions et demi d'€ engagés pour l'occasion , le tracteur du char de la fanfare est resté en rade pendant plus de 2 heures ...et que les hauts-parleurs sifflaient (même pendant l'allocution du cardinal !) . Celà n'a pas fait l'unanimité...mais , c'était bien quand même !
La procession .

Les habitants d'un petit royaume d'autrefois , gens bienveillants et tranquilles , aimaient le faste . C'était pour ainsi dire leur petit péché commun , assez anodin après tout .
Le royaume était en paix avec ses voisins , et prospère , sans être le plus riche , mais on y était bien . On y priait donc volontiers , avec la foi calme et de bon aloi que favorise le bonheur quotidien .
Les grandes fêtes avec bannières , force cierges et processions (mais aussi banquets joyeux et bals entraînants ) se succédaient pour le plus grand plaisir de tous .
Un seul habitant n'y assistait absolument jamais : un ermite que tout ce tapage effrayait et qui s'obstinait à rester sur sa montagne .
Evidemment , celà aurait donné un lustre tout particulier aux processions , s'il avait bien voulu y venir...mais , rien n'y faisait .
Le roi lui avait envoyé plusieurs émissaires , mais la réponse était toujours la même : - Non , merci . Ce n'est pas ma place ."...et il ne venait pas .
Un jour , cependant que le Chanoine en personne , accompagné de paroissiens empressés , était monté le prier à la procession prochaine , une toute petite fille s'approcha de l'ermite et glissa sa main dans la sienne :
- Dis , Ermite , pourquoi ne viens-tu pas ?...tu me montrerais le Bon Dieu !...Ils disent tous que tu es tout le temps avec Lui...et moi , je ne l'ai jamais vu ".
L'Ermite était bien attrapé !
Comment refuser et décevoir un petit être qui faisait une telle demande ?
Il finit par accepter , mais c'était pour lui une terrible épreuve ;
Que pourrait-il bien faire ou dire ?...Tant pis , c'était son devoir ....
Le petit royaume fut dans la joie . Pensez donc , l'Ermite serait présent à la procession !
On prépara tout très soigneusement , les bannières , la grande rue décorée de fleurs , de tentures...(on prépara aussi le banquet et les festivités , naturellement , mais avec tout de même un doute sur la présence de l'Ermite après la procession).
A l'heure dite , tous étaient massés , dans leurs plus beaux vêtements, tout le long de la grande rue pavoisée .
L'Ermite , petite silhouette menue et pâle dans sa robe de mauvaise toile , arriva par l'une des extrémités de la rue . Il vit toute cette foule assemblée , chantant déjà des hymnes à son Dieu , avec ferveur , avec joie . En un instant , il réalisa qu'un grand souffle de foi et d'adoration montait de ce peuple réuni .
Emu de cet amour maladroit mais fervent , il tomba à genoux , révérant le Seigneur qui animait ces gens simples d'un tel élan .

Le voyant en prière , ses plus proches voisins se turent et ployèrent eux aussi les genoux , et , de proche en proche , tous se trouvèrent bientôt en prière .
Comme une onde majestueuse et tranquille , c'est le silence qui défilait .
Un silence plein de Celui que l'on ne voit pas , mais qui EST toujours là .

Des années et des années plus tard , les vieux racontaient encore les merveilles de cette magnifique procession ..."où l'on avait vu Dieu" !
Avez-vous  passé  "un moment de calme " sur notre site ?
Ecrivez-nous , SVP !