©

édition du 1er Septembre 2002
VOYAGEONS  ENCORE  !
... c'est un moment de calme .
Il y a d'abord quelques heures d'avion ( c'est un très gros , tranquillisez-vous , confort , hôtesses aux petits soins , etc...) .
A la descente , il fait chaud . Très .
Tout de suite, vous partez pour le paradis , en 4x4 .
Il y a des dunes , incroyablement hautes ; vous seriez-vous trompé de destination ?...pas vraiment , ce sont plutôt nos notions de géographie qui sont souvent un peu incomplètes ....et ont sauté à saute-dunes .Ce n'est pas plat , çà , non .
 Vous abordez les montagnes , vous dépassez les palmeraies ...au pas cérémonieux du chameau sur lequel on vous a juché maintenant ...et c'est magnifique . Les jours suivants , l'enchantement continue .
Par un oued , vous remontez vers une oasis et ses sources  , vous continuez le long de canyons étonnants , de passes ,de cols , de villages de pierres sèches . Vous arrivez dans une ville sainte à la superbe mosquée...puis un oued tout verdoyant , avant de retraverser un bout de désert...pour arriver sur une immense plage éblouissante , avec un petit village de pêcheurs .
Avant de revenir , vous vous perdez avec ivresse dans les souks de Nouakchott , bruissants d'appels sonores , d'éclats de rire,  et scintillants de tissus aux couleurs éclatantes sagement pliés sur des trétaux sans fin ou suspendus  comme des oriflammes .
Vous étiez en Mauritanie .


LE  CHALAND   ( E. Verharen )

Sur l'arrière de son bateau ,
Le batelier promène
Sa maison naine
Par les canaux .

Elle est joyeuse , et nette , et lisse ,
Et glisse
Tranquillement sur les chemins des eaux.
Cloisons rouges et porte verte ,
Et frais et blancs rideaux
Aux fenêtres ouvertes .

Et sur le pont , une cage d'oiseau
Et deux baquets et un tonneau ;
Et le roquet qui vers les gens aboie ,
Et dont l'écho renvoie
La colère vaine vers le bateau .
Le batelier promène
Sa maison naine
Sur les caneaux
Qui font le tour de la Hollande
Et de la Flandre et du Brabant .

Il a touché Dordrecht , Anvers et Gand ,
Il a passé par Lierre et par Malines ,
Et le voici qui s'en revient des landes
Violettes de la Campine .
Il transporte des cargaisons ,
Par tas plus hauts que sa maison :
Sacs de pommes vertes et blondes ,
Fêves et pois , choux et raiforts ,
Et quelquefois des seigles d'or
Qui arrivent du bout du monde .
Et Mons , Tournay , Condé et Valenciennes
L'ont vu passer , en se courbant le front ,
Sous les arches anciennes
De leurs grands ponts ;
Et la Durme , à Tilrode , et la Dendre , à Termonde ,
L'ont vu , la voile au clair, faire sa ronde
de l'un à l'autre bout des horizons .

Oh ! la mobilité des paysages ,
Qui tous reflètent leurs visages
Autour de son chaland !
La pipe aux dents ,
D'un coup de rein massif et lent ,
Il manoeuvre son gouvernail oblique ;
Il s'imbibe de pluie , il s'imbibe de vent ,
Et son bateau somnambulique
S'en va , le jour , la nuit ,
Où son silence le conduit .
Il sait par coeur tous les pays
Que traversent l'Escaut , la Lys ,
La Dyle et les Deux Nèthes ;
Il fredonne les petits airs de fête
Et les tatillonnes chansons
Qu'entrechoquent , en un tic-tac de sons ,
Les carillons .

Quai du Miroir , quai du Refuge ,
A Bruges ;
Quai des Bouchers et quai des Tisserands ,
A Gand ;
Quai du Rempart de la Byloque ,
Quai aux Sabots et quai aux Loques ,
Quai des Carmes et quai des Récollets ,
Il vous connaît .

retour à PRESENTATION
Papa , fais-moi des étincelles !....

Petit voyage au pays des souvenirs .
L'atelier est petit , au fond d'une ruelle de banlieue .
Le toît porte encore les traces des bombardements , mais l'activité a repris , comme on peut , sans moyens , mais avec le bonheur de s'en être sortis vivants...et beaucoup d'huile de bras .
Quelquefois , même le dimanche , il faut aller terminer un travail...et Papa nous emmène "à condition d'être sages" .
On tient le coup un petit temps , en regardant les machines luisantes d'huile , les copeaux irisés à leurs pieds...
Puis , l'un après l'autre , d'une voix de moins en moins timide et poussés par les autres tout aussi impatients , on demande :
- Dis , Papa , tu me fais des étincelles ?
Alors , quand l'ouvrage est fini , Papa prend des chûtes de métaux divers et s'approche de la meule .
C'est un festival d'étincelles , des rouges , des bleu foncé , des blanches ...tout un feu d'artifices  au son de la meule qui piaule , rien que pour nous .

Des étincelles de bonheur , dans ma mémoire .