Il y a des jours comme çà : tout s'enchaîne bien Aujourd'hui ,  10 janvier ( 2007 ! ) , en feuilletant son calendrier (italien ) l'un de nous a remarqué que c'était la saint Aldo .
Voilà , c'est tout , mais celà a été le début d'une nouvelle page . Celle-ci . Nous avons eu grand plaisir à la faire pour vous .
Des Aldo , tout le monde en connait ( peut être aussi des Baldo , Rinaldo , Téobaldo , Ubaldo , etc....? ) mais Saint Aldo , qui le connaît ? Internet a bien voulu répondre , naturellement  , et ce que nous avons appris nous a bien plu . c'est pourquoi nous vous le racontons .
Saint Aldo est un saint Italien ( son nom viendrait de "ald" ..."l'ancien " en langage lombard , ou de "adal" ... " noble"  ) ; il serait né en Lombardie au VIIIème siècle , au moment où diverses invasions barbares malmenaient le pays . De condition très pauvre il fut charbonnier ; non pas un "mineur" comme nous les  imaginons au fond des mines - ou dans les corons ...depuis certaine chanson ; il n'y avait pas de mine en Lombardie - Aldo fabriquait du charbon de bois dans les environs de Pavie .
Est-ce la beauté des forêts où il travaillait , leur silence , ou un appel intérieur irrésistible ?... toujours est-il qu'Aldo décida d'entrer au  monastère fondé non loin de là par des moines irlandais ( envahisseurs eux aussi , après tout ! ) de saint Colomban et de se faire ermite .
Ces ermites étaient des "bénédictins" et suivaient la règle de Saint Benoît ( dont nous avons déjà parlé p.75 et 76 ) : " ora e labora " : prie et travaille !
Et c'est bien ce qu'a fait Aldo , au point de devenir saint .
Pieux ermite , il fut aussi un travailleur courageux auprès des charbonniers , ses compagnons depuis toujours .
Celà c'est rare et admirable ; un saint qui partage le dur labeur des hommes , qui reste parmi eux et ne craint pas de noircir ses mains calleuses et son visage à leurs côtés .
Nous , nous aimons bien des saints comme çà . ( Rendons grand hommage en passant à Soeur Emmanuelle  - décédée le 20/10/2008 - qui s'est faite chiffonnière avec les chiffonniers du Caire ) .
Voici une prière à Saint Aldo , touchante dans son "humanité " .
Saint Aldo , par les vertus de vos mains écorchées et de votre visage noirci au travail des hommes , aidez-nous à remplir courageusement tout ce qui est notre quotidien .
Saint Aldo , par les vertus de votre vie de solitude et de prière , aidez-nous à accomplir aussi sur nous-mêmes le travail qui nous rendra dignes de la prière .   Amen
Mais bien sûr : c'est Aldo Maccione , " Aldo la Classe " !
Lui aussi , à sa façon , il incarne la modestie et le labeur . Beaucoup plus reconnu en Italie que chez nous pour la qualité de son jeu ( et pas seulement dans des rôles de fantaisie plus ou moins déjantés ! ) il incarne , avec bonhommie et modestie , l'humour , le sourire , et l'amabilité .
Bravo , Aldo !
Un autre "Aldo" que tout le monde aime bien ?
Et le charbonnier ?
On ne rencontre plus guère le charbonnier de nos jours .Pourtant , son nom a eu valeur de symbole pendant bien longtemps :
* "maître chez lui" , il est fort , indépendant et peut-être même un peu bougon ,
* il est aussi le symbole d'un coeur et d'un esprit simples et purs , empreints du courage d' affirmer ses convictions :  il a "la foi du charbonnier " .
* et puis , il fallait s'y attendre , cette couleur noire qui s'insinue jusque sous sa peau à la moindre écorchure , qui ne le quitte pas , a fait baptiser "charbonnier" ou "charbonnière"  divers animaux comme le renard , l'oie ou la mésange dès qu'ils sont marqués de noir .
Quant au ..."bougnat" ...
il ne faut surtout pas l'oublier , il a fait le charme de Paris depuis la fin du XIXème siècle .
A l'origine , le "bougnat" était un marchand de charbon ( du "boulet" au "charbon de bois" ) venu , le plus souvent d'Auvergne . Et en Auvergne , on a ... un petit  " acchent  " on ne peut pas le nier .  Le "charbon " on l'appelle ( presque ! ) le "charbougna" ...alors , vous pensez bien que ces coquins de parisiens ne se sont pas privés ! Ces braves Auvergnats qui "montaient" à Paris pour essayer de gagner leur vie , et qui livraient le charbon ( en tirant des charrettes à bras quand ils ne pouvaient pas se payer un cheval ) , un sac ouvert protégeant tant bien que mal leur tête et leurs épaules ... ils les baptisèrent bien vite des "Bougnats " . Mais le terme n'a jamais eu de signification péjorative car il s'appliquait à des gens qui travaillaient très dur et imposaient ainsi le respect à tous . Ils travaillèrent d'ailleurs tellement que peu à peu ils ouvrirent des petits cafés ( appelés aussi des "bougnats" ), simples et familiaux , dans lesquels on mangeait pour trois fois rien les bons vieux plats auvergnats . Dans l'arrière-cour il y avait les sacs de charbon à livrer , en cuisine , les femmes de la famille s'affairaient aux fournaux ....
Ces "bougnats" furent aussi de beaux exemples d'honnêteté et de solidarité , leur communauté étant souvent éprouvée dans ce métier très pénible . Pour aider les moins favorisés à ouvrir eux aussi leur petit café , ils créèrent une sorte de "caisse de prêt " : ceux qui n'avaient pas d'argent allaient en demander à ceux qui étaient déjà installés et ceux-ci prêtaient , juste parce qu'ils avaient confiance et parce qu'ils savaient que ces nouveaux-venus allaient travailler dur eux aussi pour les rembourser . Les sommes prêtées étaient minimes , mais les prêteurs très nombreux , les risques étaient donc limités ; le prêt s'étalait sur des années . Ainsi on voyait parfois de vieux "bougnats" retraités faire régulièrement la tournée de leurs jeunes emprunteurs , qui les recevaient toujours avec respect et gratitude et règlaient la somme convenue pour la période en cours . Tout celà sans aucun papier officiel !
Heureux temps des honnêtes gens !
Page précédente         Page suivante

Tout sur nous ?

*** autre Ex Voto de remerciement
C'est vous qui faites la Page Tendresse .  Juste un petit mail ( 2 ou 3 lignes) pour continuer , SVP !
 
Celà nous fait toujours très plaisir , quand vous nous écrivez : unmomentdecalme@aol.com