Carnaval et charivari
Quand il n'est pas un pantalon de cavalier autrichien ... ou turc  ( avec cuir à l'entre-jambe et boutonné sur le côté ) , ou l'une des plus réussies chansons de Serge Lama , le charivari ... c'est quelque chose !! Un tintamarre , un chahut épouvantable !
L'un des plus célèbres est celui du Bal des Ardents .
Quel charivarivari
Quel charivarivari ,
Quel charivarivari ,
La vie avec toi !
( bis )
Avant toi , j'ai connu Nicole
Qui vivait dans ses casseroles ,
Elle briquait comme personne
L'argenterie et l'aluminium ,
Toujours coiffée d'un vieux chiffon
Noué autour de son chignon ,
Tu parles d'un charivaron !
    Refrain
Avant toi , j'ai connu Martine
Qui n'aimait faire que la cuisine ,
Entre deux lièvres et trois perdreaux
J'avais grossi de vingt kilos ,
Quand je chantais mes chansons tristes ,
On me prenait pour Pierre Doris ,
Tu parles d'un charivari .
     Refrain
Et depuis toi , il y a eu toi ,
Qui ne sais rien faire de tes dix doigts ,
A part l'amour , mon joli coeur ,
Et encore , quand y'a l'ascenseur ,
Parce que les jours de pénurie ,
Tu restes à la conciergerie ,
Tu parles d'un charivari !
         Refrain
Le Bal des Ardents
" Le bal des Ardents " , tout le monde a entendu cette expression et la garde dans un coin de sa "culture " mais bien souvent on ne sait plus exactement ce qui s'y est passé .
C'est le 28 janvier 1393 qu'éclata cet horrible affaire .
Un bal , pourtant , c'est plutôt gai , non  ?...( encore que " notre Bon Docteur" évoque avec émotion la thèse d'un de ses confrères , dans les années 60 qui soutenait que "le bal et ses conséquences sont l'une des principales causes de mortalité des jeunes " - c'était un précurseur et il n'avait pas tort ! ) .
Le 28 janvier de l'an 1393 , c'est le roi Charles VI qui donnait un bal , à l'occasion du re-re-mariage de " Catherine l'Allemande "  dame d'honneur de son épouse Isabeau de Bavière . Rude journée : cérémonie , banquet , festivités ( dans l'Hôtel de Blanche de Bourgogne ) ... et enfin , bal dans l'Hôtel Saint-Pol , résidence "privée" du roi . Le bal qui allait entrer  dans l'Histoire , le "Bal des Ardents " .
Au début , tout se passa à merveille : beaux atours , musiciens nombreux avec flûtes , trompettes , chalumeaux ... et entrain .
On avait bien bu , on n'était pas encore en Carême ( voir page précédente ) et tout le monde s'amusait bien .
C'est alors que le roi eut une idée : faire un "charivari" et même un charivari bien corsé , en y participant lui-même .
Pourquoi faire un charivari dans un bal aussi "distingué" ? Tout simplement parce qu'à l'époque ...on n'était pas très distingué et que les occasions de rire n'étaient pas négligées . Le charivari était même traditionnel en certaines circonstances : et notamment en cas de mariage mal assorti ou de remariage ...et Catherine l'Allemande ne pouvait y échapper : c'était son 3ème mariage , et l'heureux élu était un fort jeune chevalier ( choisi par Isabeau ) .
Voilà donc le charivari qui commence avec d'horribles bruits aussi dissonnants et assourdissants que possible ( on ne se gênait pas pour taper sur des pots , des ustensiles , ou pour hurler n'importe quoi ) . Ah , on s'amusait vraiment bien à ce mariage !
A un moment , sur un signe d'on ne sait qui , les valets soufflent presque toutes les bougies ... et quand on les rallume , il y a une bande de 5 ou 6 "hommes-sauvages" , enchaînés les uns aux autres au milieu de la pièce ! Quelle( joyeuse ! ) émotion !
Mais qui sont ces "hommes-sauvages " couverts des pieds à la tête de plumes , de poils et de fibres d'étoupe ( collés à la poix sur un justaucorps ) et enchaînés comme des bêtes sauvages ? On s'approche pour mieux voir , à la lumière des bougies et des torches ... on s'approche un peu trop même ... et l'étoupe s'enflamme ! En un instant ils sont en feu au milieu des hurlements d'horreur . Les chaînes les tiennent prisonniers et ceux qui n'arrivent pas à s'en défaire meurent carbonisés ; l'un d'eux arrive à sauter dans un baquet qui sert à rincer les hanaps .
La tante du roi , Jeanne de Boulogne , duchesse de Berry , a reconnu son neveu ... " elle le boute dessous sa gonne " (jupe) et lui sauve ainsi la vie au prix de quelques brûlures ... mais presque tous les autres vont mourir dans les 48 heures .
Charles VI , déjà très perturbé sur le plan mental ( on en parle page suivante ) ne s'en remettra jamais .
C'est à cette occasion que sa folie - car il faut bien reconnaître qu'il était fou - est révélée au peuple ... qui continuera à l'aimer profondément jusqu'à la fin de sa vie - et de son règne - en 1422 , 29 ans plus tard .
Le "Mal des Ardents "  n'a absolument rien à voir avec " le Bal des Ardents " ;   çà c'est le domaine de "notre bon Docteur ".
Et le mal des Ardents ?
De l'an 800 à 1950 environ , le Mal des Ardents ( ou Feu de Saint Antoine ) a fait des centaines de milliers de morts , par vagues  "d'épidémies" successives ( plus de 150 rien qu'en Europe ).
On en connait 2 formes essentielles : la forme avec délire et convulsions et la forme avec gangrène , mais les deux peuvent se combiner.
L'horreur , la douleur ...et la mort ... après la terreur d'être frappé par une épidémie que rien ne pouvait arrêter .
Il a fallu attendre 1777 pour comprendre que c'était un champignon microscopique qui polluait les grains de seigle qui était responsable de tout çà . C'est l'Abbé Tessier qui montra alors que la poudre de ce champignon parasite - appelé "ergot" - donnée à des canards reproduisait la maladie . Inspiré et intelligent , cet Abbé . Mais ce n'est pas pour autant que les "épidémies" s'arrêtèrent . Le seigle contaminé continua à être utilisé , dans certains endroits , volontairement ou non , pendant la 1ère moitié du XXème siècle !
Page précédente     Page suivante
INDEX      
Que se passe-t-il ?
Le champignon secrète plusieurs produits chimiques toxiques:
*** les uns sont capables de contracter les petits muscles des parois des petites artères au niveau des jambes et des mains surtout : le sang ne peut plus passer ; des douleurs apparaissent - comme dans l'artérite - la peau devient violette , puis noire ; les muscles en-dessous ne sont plus nourris et ils meurent ( c'est une gangrène ) ; pieds et mains peuvent tomber , dans d'horribles douleurs , complètement morts .
*** les autres produits chimiques s'attaquent au système nerveux ( pas étonnant d'ailleurs , car parmi eux il y a le redoutable LSD , hallucinogène terrifiant utilisé comme drogue ! ) .
C'est alors que l'on va voir une fièvre très élevée , des hallucinations , des convulsions , du délire , etc... toutes choses qui ont fait dire que ces pauvres gens étaient "des possédés du diable "... et que faisait-on à des " possédés " au Moyen-Âge - et même après ! ? - ... on les faisait périr sur le bûcher ! Ce fut l'horrible destin des "sorcières de Salem " en 1692 dans le Massachusetts . Misère ! ( c'est d'ailleurs ce qui mit l'Abbé Teissier sur la voie : il n'y avait jamais de "chasse aux sorcières" dans les pays qui ne consommaient pas de seigle !)

Et le traitement ? Il n'y en avait pas , et il n'y en a toujours pas . Le seul traitement , c'est la pureté absolue de la farine de seigle . Ne frissonnez pas si vous aimez le pain de seigle : maintenant que l'on connaît bien la question toutes les précautions sont prises pour garantir cette pureté absolue - tout au moins en France ! -
Par contre , vers l'an 1000 , un ordre religieux , les Antonins , se spécialisa dans les soins à ces pauvres malades . Ils leur faisaient boire du vin mis au contact avec les reliques de Saint Antoine Abbé ( pas celui de Padoue ) et priaient pour eux . Comme certains s'en sortaient , Saint Antoine Abbé fut "spécialisé" et on baptisa donc la maladie "le feu de Saint Antoine " .
Page suivante : ne ratez pas le Roi-Fou-et Bien-Aimé , Charles VI
Vous pouvez nous écrire sans charivari : unmomentdecalme@aol.com