Tous les chemins mènent à Rome , c'est bien connu .
Les Romains ont fait beaucoup pour celà ... en partant de Rome d'ailleurs .
Facile qu'ils y mènent , ces chemins , puisqu'ils en partaient .
Excellent , ce "détournement" de l'Histoire ! Pour un peu on se mettrait à croire qu'animés d'un grand élan altruiste ces bons Romains auraient recherché un peu partout en Europe de quel patelin reculé un quidam aurait voulu se rendre à Rome .
A notre avis ce n'est pas tout-à-fait comme celà que l'Histoire s'est écrite ... mais passons .
Donc , des routes créées par les Romains il y en a ; beaucoup ; et très solides puisque , maintenant que l'on a à peu près compris qu'il ne faut pas s'en servir comme réserve de  pavés , on les redécouvre , on les met en valeur et on les parcourt .(une association existe pour promouvoir la via Francigena et le logo ci-dessus est le sien )
Quelques siècles plus tard , dans la ferveur chrétienne du Moyen-Age en Europe , beaucoup de ces voies ont eu un nouveau détournement de vocation : elles sont devenues des voies de pélerinage .
Via ( voie ) Augusta , Appia , Flaminia , Emilia , etc... , ont été parcourues par des milliers de pélerins en route vers Rome et son Pape ( enfin , aux époques où celui-ci résidait bien à Rome ) . A ce moment-là il y avait essentiellement 2 destinations saintes ; Compostelle pour son Saint Jacques , et Rome .
Les "Chemins de Compostelle" ont fait saigner beaucoup de pauvres pieds et couler beaucoup d'encre , vous trouverez des pages et des pages les concernant sur Internet ... et comme Lulu ne va , pour l'instant qu'en Italie ( mais elle a dit qu'un jour elle retournerait à Compostelle ) nous ne vous en parlerons pas cette fois .
Nous nous bornerons à vous raconter la découverte ( d'un tout petit bout ) de la Via Francigena ( la voie des Français ) que notre Lulu vient de découvrir en allant en Italie cette année encore .
La via Francigena est un long ruban de 1700 km qui a permis , en 990 à Sigéric , évèque de Cantorbery en Angleterre , d'aller à Rome ( pas vraiment en pélerinage , mais pour demander au Pape de le consacrer ). Le chemin ne s'est pas fait en un jour ; en fait il a relié différents tronçons de voies romaines préexistantes .
Traversant la France , la Suisse et l'Italie dans presque toute sa longueur , la via Francigena est devenue une voie de pélerinage et de commerce des plus importantes .
Son premier "passager" , Sigéric , a décrit son voyage avec précision , avec environ 80 étapes .
Lulu l'a suivie près de Piacenza ( voir notre page )
C'est donc près de Piacenza que Lulu a découvert , en parlant avec les gens rencontrés sur son chemin , comme bien souvent , l'existence d'une véritable merveille dont elle ignorait jusqu'à l'existence ( nous aussi ) . Vous allez voir combien celà aurait été dommage de ne pas faire un petit détour ... et d'y consacrer une matinée ( mais notre Lulu est libre comme l'air , une vraie "romanichelle" comme disaient nos aieux ! ) .
Pas de grands panneaux , pas de poteaux indicateurs : le touriste n'est pas attiré à grand renfort de publicité , il doit chercher son chemin et faire l'effort de la découverte .
Le touriste , ici , c'est un humain comme les autres ; il est le bienvenu à ce titre , pas au titre d'un potentiel "dépenseur d'Euros". Sensation réconfortante .   Pas de ticket d'entrée , pas de file d'attente , et , le jour où Lulu en a trouvéle chemin : en tout et pour tout 2 autres personnes dans les lieux .
Elle a de la chance notre Lulu , ne trouvez-vous pas ? Les années se suivent et chaque année , vraiment chaque année , elle découvre une vraie merveille au cours de son voyage en Italie , qu'elle nous fait partager avec enthousiasme .
Serait-elle un as de la programmation , sachant tout sur tout avant de partir , suivant un itinéraire inflexible , ayant fixé à l'avance visites et rencontes ?
Pas du tout !
Ni exploratrice intrépide , ni touriste inspirée ... notre Lulu !
Le laurier du Generalife      
Théophile GAUTIER

Dans le Generalife, il est un laurier-rose,
Gai comme la victoire, heureux comme l'amour.
Un jet d'eau, son voisin, l'enrichit et l'arrose ;
Une perle reluit dans chaque fleur éclose,
Et le frais émail vert se rit des feux du jour.

Il rougit dans l'azur comme une jeune fille ;
Ses fleurs, qui semblent vivre, ont des teintes de chair.
On dirait, à le voir sous l'onde qui scintille,
Une odalisque nue attendant qu'on l'habille,
Cheveux en pleurs, au bord du bassin au flot clair.

Ce laurier, je l'aimais d'une amour sans pareille ;
Chaque soir, près de lui, j'allais me reposer ;
A l'une de ses fleurs, bouche humide et vermeille,
Je suspendais ma lèvre, et parfois, ô merveille !
J'ai cru sentir la fleur me rendre mon baiser...
Rien de tout celà !
Juste quelqu'un qui ouvre les yeux , regarde et admire avec les yeux comme avec le coeur , tout humblement , sans se soucier de "ce qu'il faut savoir" ou de "ce qu'il faut avoir vu" ... non , juste au fil de la vie quotidienne de son voyage .
Et alors , il se passe souvent une mystérieuse alchimie ; la merveille se laisse entrevoir , tout comme dans le merveilleux poème de Théophile GAUTIER ci-contre .
Page suivante elle nous fait un cadeau :
Ecrivez , participez : unmomentdecalme@aol.com
*** Dire « Merci » à Sainte Rita
*** Autre Ex Voto de remerciement
Lisez la Page Tendresse , et puis enrichissez-la SVP ! ( un mail de 2 ou 3 lignes , pas plus )