L'Alleluia du vin  
( le Jongleur de Notre-Dame , Jules Massenet )

Pardonnez-moi, SainteVierge Marie,
Et vous, Jésus, doux enfançon.
Je vais chanter sacrilège chanson;
Mais il faut bien gagner sa vie.
La faim dans mes entrailles crie,
Et si mon coeur est bon-chrétien,
Pourquoi mon ventre est-il païen?


La foule :
L'Alleluia du vin !

JEAN
Pater Noster.
Le vin, c'est Dieu, c'est Dieu le Père
Qui descend du tréfonds des cieux,
Culotté de velours soyeux.
Tout au long de mon cou pi-i-eux,
Quand je vide mon ver-r-re.
Chantons !L'Alleluia du vin !

L'Allelou-ou-ou-ouia du vin !


la foule :
Alleluia!
Chantons l'Alleluia,
L'Alleluia du vin !

Disons-le tout-de-suite , il ne faisait pas bon être troubadour et gourmand , au Moyen-Âge !
Comme toujours , les "seigneurs" faisaient bombance ( le mot vient de "bob" : gonflement , arrogance ) et "les autres" , serviteurs et paysans ... faisaient comme ils pouvaient .
Aux premiers la viande , le gibier , le pain blanc et les gâteaux , et le vin ; aux autres les soupes de céréales ( froment , épautre , seigle ), de racines , d'orties , de fèves , pois , choux ... et de temps en temps , un corbeau descendu en vol d'une fronde adroite ( le gibier étant réservé au château ) .

Page précédente

*** Dire « Merci » à Sainte Rita

N'oubliez pas : 2 ou 3 lignes pour la Page Tendresse , c'est du courage et de l'espoir pour les autres .

Page suivante

*** Autre Ex Voto de remerciement

INDEX

Ecrivez , participez : unmomentdecalme@aol.com

Troubadours ...
et gourmands ?

Tout le monde ne peut pas être Jongleur , Ménestrel  ou Troubadour ...
... mais tout le monde ne peut-il pas entendre ce qu'ils pleurent  à la place de ceux qui n'osent pas pleurer ?

Z'êtes bien sûrs ?  http://www.youtube.com/watch?v=
Gok5evkKpus&feature=related

Ils ne disent peut-être rien de leur faim lorsqu'ils chantent - il ne faut pas attrister l'auditoire - mais de temps en temps la faim , la solitude et le froid crient plus fort qu'ils ne chantent .
"Personne je ne suis" ... ça , c'est terrible .

Un gourmand qui a réussi : Marcabru

Marcabru
est un troubadour , un jongleur de Gascogne , et lui , " il a réussi " , on se souvient de son nom , de certaines de ses chansons , poésies et pastourelles , et à peu près de l'époque à laquelle il a vécu ( entre l'an 1100 et 1149 environ ).
Et pourtant , c'était un "drôle de coco" : le verbe haut et acide ( ça n'alla pas toujours tout seul avec certains seigneurs dont il dénonça les excès ) il était aussi misogyne ( mais que lui avaient donc fait les "gentes dames" de l'époque ?) et violent , mais fougueux aussi ( il fit le 1er chant de croisade en 1137 ) .
Et gourmand ? Mais oui . Avant de s'appeler Marcabru , il s'appelait "Pain perdu " parce qu'il engloutissait , dès qu'on voulait bien lui en donner , des quantités impressionnantes ... de pain perdu , justement , cette "gourmandise d'un sou" ou "gourmandise du pauvre" .
Et , savez-vous quoi ?
Le pain perdu c'est toujours une vraie gourmandise . En plus , c'est très "tendance" avec la mode actuelle de l'écologie et du "basique" et l'arrivée , malheureusement , de la crise économique que l'on sait .
 
Vite , la recette ! quel que soit son nom : brioche dorée , toast français , etc ...
 C'est vraiment simple : des tranches de pain rassis ( qui ainsi , ne sera pas "perdu" )1/2 litre de lait , 2 oeufs et 50 grammes de sucre ( et 1 ou 2 sachets de sucre vanillé ) : on trempe quelques minutes le pain dans le mélange des autres ingrédients bien battus ... et on le fait dorer dans une poële ; le plus amusant , c'est le tour de main personnel : c'est là que réside le secret et la saveur inimitable !
* un peu de rhum dans la pâte ? de la cannelle ? plus de vanille ? du whisky ? du Cointreau ?
* n'utiliser que les blancs d'oeuf , mais alors montés en neige ?
* remplacer le lait par du vin ( en Espagne ) ? ajouter des fruits confits ou frais ?
Bon appêtit !

 

                       

     

La chanson du troubadour
Germain Nouveau

Sans amis, sans parents, sans emploi, sans fortune,
Je n'ai que la prison pour y passer la nuit.
Je n'ai rien à manger que du gâteau mal cuit,
Et rien pour me vêtir que déjeuners de lune.

Personne je ne suis, personne ne me suit ,
Que la grosse tsé-tsé, ma foi ! fort importune ;
Et si je veux chanter sur les bords de la Tune
Un ami vient me dire : Il ne faut pas de bruit !

Nous regardons vos mains qui sont pures et nettes,
Car on sait, troun de l'air ! que vous êtes honnêtes,
De peur que quelque don ne me vienne guérir.

Mais je ne suis icy pour y faire d'envie,
Mais bien pour y mourir, disons pour y pourrir ;
Et la mort que j'attends n'ôte rien que la vie.

Alors , par un reste de prudence sans doute , ils écrivent des chansons à boire et des chansons à manger . C'est tout ce qu'ils peuvent faire , hélas .
Le Jongleur de Notre-Dame chante l'Alleluia du vin grâce à Massenet , et Scarron fait parler le sien de rôti et de bisque !
Témoignages d'un autre âge ?  C'est fini tout çà ??
                                      Croyez-vous ??

Quatre fois l'homme de courage
En un jour peut manger son saoul ;
Le trop boire peut faire un fou
De la personne la plus sage.
A-t'on vidé mille tonneaux,
On n'a beu que la mesme chose,
Au lieu qu'en un repas on peut doubler la doze
De mille differans morceaux.

Quel plaisir lors qu'avec furie,
Apres la bisque et le rosty,
D'un entremets bien assorty
Vient reveiller la mangerie !
Quand on devore un bon melon
Trouve-t'on liqueur qui le vaille ?
Ô cher Amy Potel , je suis pour la mangeaille :

Il n'est rien tel qu'estre glouton.

Chanson à manger     Scarron

Quand j'ay bien faim et que je mange
Et que j'ay bien de quoy choisir,
Je ressens autant de plaisir
Qu'en grattant ce qui me démange.
Cher Amy, tu m'y faits songer :
Chacun fait des Chansons à boire,
Et moy, qui n'ay plus rien de bon que la machoire,
Je n'en veux faire qu'à manger.

Quand on se gorge d'un potage
Succulent comme un consommé,
Si nostre corps en est charmé,
Nostre âme l'est bien davantage.
Aussi Satan, le faux glouton,
Pour tromper la femme première,
N'alla pas luy monstrer du vin ou de la biere,
Mais dequoy branler le menton.