Lolà , chère Lolà .
Vous savez combien elle nous est chère , la coquine . Voici encore une histoire vraie : le souvenir impérissable d'un voyage extraordinaire qu'elle fit avec ses maîtres .
Ceux-ci , jeunes et amoureux , avaient décidé de faire un voyage fabuleux et romantique , "le" voyage d'une vie : aller à Venise par le train de luxe avec lequel on pouvait , en 2 ou 3 jours , selon les choix , traverser une bonne partie de l'Europe d'alors ( un mouchoir de poche comparée à ce qu'elle est maintenant ) .!Merveilleux voyage en tête-à-tête . Enfin , avec Lolà , tout-de-même , sa maîtresse ayant , dès le début de leur relation , instillé répétitivement dans le psychisme de son époux que Lolà , en tous points exceptionnelle , avait donc droit à des égards non moins exceptionnels , comme d'être de toutes les manifestations , sorties et voyages . Voilà donc Lolà dans le train magique.

Page précédente

*** Dire « Merci » à Sainte Rita ?

              Lire la Page Tendresse ? C'est            s'exposer à vouloir y participer ,
           vous voilà prévenus !!

Page suivante

*** Autre Ex Voto de remerciement

INDEX        Nous ?

Ecrivez , participez : unmomentdecalme@aol.com

Notre souci constant de vous faire connaître tous les aspects des faits que nous relatons , nous nous sentons obligés de vous dire maintenant quelles ont été les conséquences de cette histoire . Et des conséquences , il y en eut !      
         On en parle encore .
C'est une transformation totale qui s'abattit sur la brigade :
finis les valeureux investigateurs
                 
                                voyez plutôt :
            
l'un resta très "sauvage" , l'autre , obsédé ...
un autre : à plat   
celui-là fuit le monde
                            ....à Kathmandou

 celui-ci rejoignit la NASA

              
cet autre se noya dans le travail

tandis que cet autre
                             s'enrôla dans une ONG

même au Paradis celui-ci en rêva encore..

même le sport n'y                                      put rien , hélas ... et la conclusion est toujours la même : "Un vrai massacre , mon pauvre ami, toute une génération décimée dans cette escouade . Ah , si on la retrouvait , cette vamp ! "
"Tout se passa très bien" ...
Enfin , jusqu'au 2ème matin. Lolà arpentait à petits pas délicats le quai d'une gare où le train s'arrêtait assez longtemps quand soudain on entendit des cris . Tout alla très vite ensuite .
C'était la douane , avec ses chiens spécialistes .
La douane , et alors ? Rien à cacher , rien à déclarer , Lolà et ses maîtres étaient parfaitement tranquilles . il fallait bien que les douaniers fassent leur métier après tout . Oui mais les cris redoublèrent.
"Presto , presto , Signora !" dirent les douaniers en escortant à grands pas sa maîtresse qui avait juste eu le temps de prendre Lolà dans son bras . " Presto !! "

  Celle-ci se retrouva bouclée dans son compartiment ,   un douanier en faction devant la porte !  Ciel !   
  Maintenant que l'on était plus au calme le vacarme   ambiant s'analysait mieux ; en fait il était composé ,   outre de vociférations redoublées ,d'aboiements  
  non moins redoublés , quasi frénétiques .

Tout se passa très bien .
Le train était parfaitement confortable , les haltes suffisantes pour se dégourdir les papattes et satisfaire à quelques exigences de la nature ( même les vamps ont besoin de temps en temps de faire un petit pipi ) .

Inutile de préciser que la table donnait également satisfaction un généreux pourboire ayant éveillé l'intérêt du cuisinier sur la destination souhaitable de jolies petites tranches de la meilleure viande ( et non d'os dont certains se gobergent si vulgairement ).

Après une petite sieste dans son sac-lit apporté tout exprès , Lolà put , par la fenêtre , faire une intéressante étude des moeurs agricoles sur le parcours du train .


 
 

Naturellement  , une telle fête se prépare .

On y prépare son mental , mais aussi son corps et son apparence . On se bichonne (même si l'on n'appartient pas à la race des "Bichons" maltais ou non ).   

Lolà partit donc fleurant  
bon le shampooing et pourvue même de petits accessoires assortis au sac  de sa maîtresse rapporté d'un autre lointain voyage .

Extrêmement chic tout celà .





 

Lolà voyage ...
 
les très rares lecteurs ne connaissant pas Lolà ont tout intérêt à se précipiter pages 19 , 67 et 110(NDLR)

Le mystère s'éclaircit lorsque les douaniers ( et leurs chiens ! ) montèrent dans le wagon où se trouvaient Lolà et sa maîtresse . Celle-ci se pencha à la fenêtre du compartiment pour voir ce qui se passait , ce que voyant , l'un des douaniers encore sur le quai lui cria dans un français approximatif MAIS convainquant : - Non , non , Signora , la petit chien elle énerve nos chiens ! Fermez !" Voilà , chère Lolà avait ( bien involontairement cette fois ) déchaîné , en dépît de leur obéissance renommée et quasi militaire , les instincts les plus primitifs des chiens de la brigade douanière qui se la disputaient
déjà à grand renfort de cris gutturaux .
Inutile de préciser que le contrôle du wagon où était Lolà fut des plus sommaires . Un gradé fit même ce qui ressemblait à une leçon bien sentie au maître de Lolà remonté à son tour dans le wagon et cherchant à comprendre ce qui se passait ... mais comme il n'était pas polyglotte , la véhémente  diatribe du chef-douanier fut perdue . Autant en emporta le train .... Voilà donc , comme promis , l'histoire absolument authentique du beau voyage à Venise de Lolà .