Page précédente

*** Dire « Merci » à Sainte Rita ?

Qui peut se dire toujours fort ?
Personne , si ce n'est "ensemble" .

Lisez la Page Tendresse , et enrichissez-la ( un mail de 2 ou 3 lignes ).

Page suivante

*** Autre Ex Voto de remerciement

INDEX        Nous ?

Ecrivez , participez : unmomentdecalme@aol.com

Pourquoi parler des "femmes fortes" ,  encore appelées "fortes femmes" , aujourd'hui ?
Parce que chacun de nous en connaît , qu'il respecte infiniment et admire ... et soumet néanmoins à une monstrueuse injustice .

Et qui veut essayer de faire changer les choses pour elles ? Les kamikazes du comportement "bien-pensant" et du "qu'en-dira-t-on" , bien sûr : ... nous .

Ce qui nous a décidés , c'est une réflexion entendue à propos du deuil récent d'une de nos amies qui vient de perdre un mari très aimé : " Tu es une femme-forte , tu vas t'en tirer ." Eh bien voilà , tout est dit . c'est commode et rassurant , non ?
Non , c'est seulement injuste .

          

Qui est la femme-forte ?
Ce n'est pas celle qui s'habille en taille 58-60 .
Pas plus qu'une Walkyrie .

        
                 

      Les mentalités ont bien évolué depuis les temps Bibliques , heureusement.


A l'époque voici la pauvre "femme-forte" , si l'on en croit les Proverbes
( XXXI ) : 
"elle fait le bien , "recherche de la laine et du lin et travaille de sa main joyeuse "(!) , "se lève lorsqu'il est encore nuit", "donne la nourriture à sa maison" "pense à un champ et l'acquiert du fruit de ses mains" , "ceint de force ses reins et affermit ses bras" etc...etc...

... on vous en passe et des meilleures !

En fait , on croit que ça a changé ... mais , à bien y réfléchir .... Hein ??....
Être une femme-forte ne doit pas signifier être une esclave !

Solitude du veuvage .
Solitude de l'abandon.
Solitudes de l'incompréhension , du déracinement , du mépris , de la pauvreté , de la peur, de l'injustice ... vécues quand même ...

      

... et dans le silence ,
au moins extérieur .
Pas intérieur .

Personne ne l'entend .
Il y avait à entendre ?

La femme-forte , c'est souvent celle qui , même entourée d'une meute qui la dévore allègrement , est seule .
Seule à lutter , seule à souffrir ; souffrir les mêmes maux que le commun des mortels , mais souffrir quand même , et en silence .
Le
silence est le sort de la femme-forte .

Soupir   
( d'après SULLY PRUDHOMME )

Ne jamais le voir ni l'entendre,
Ne jamais tout haut le nommer,
Mais, fidèle, toujours l'attendre,
Toujours l'aimer.
Ouvrir les bras et, lasse d'attendre,
Sur le néant les refermer,
Mais encor, toujours les lui tendre,
Toujours l'aimer.
Ah ! Ne pouvoir que les lui tendre,
Et dans les pleurs se consumer,
Mais ces pleurs toujours les répandre,
Toujours l'aimer.
Ne jamais le voir ni l'entendre,
Ne jamais tout haut le nommer,
Mais d'un amour toujours plus tendre
Toujours l'aimer.

La femme-forte est-elle de l'étoffe des héros ?

Vous allez les faire s'esclaffer .
Enfin , tout dépend aussi de ce que l'on entend par "héros" .
Ceux qui se sacrifient volontairement pour les autres ? Alors là , oui , elles sont souvent de l'étoffe des héros , ces femmes-fortes .

Mais bien souvent , les héros , ce sont ceux qui étaient sur place , quelque fois par le plus pur des hasards , et qui "n'ont rien fait" ... sinon prendre de mauvais coups et essayé de s'en sortir et d'en sortir ceux qui les entouraient .
Héros par hasard ...mais héros quand même !

Hugues Aufray a chanté Céline .
Vous souvenez-vous ?
 
http://www.youtube.com/watch?
v=OBQPGvn58io 
  
Nous en connaissons tous , des Céline qui "sont restées" auprès de parents âgés , de maris désaxés ou de petits tombés du nid .

  

Elles sont restées patiemment  
là où la vie les a posées .

En fait , elles ont chanté .
Comme il fallait qu'elles chantent .
Comme "on" voulait qu'elles chantent  ... pour que "les autres" soient heureux .

Mais leur coeur a-t-il chanté ?
Peut-il continuer à chanter "politiquement correct" quand elles reçoivent une nouvelle épreuve ?
"Mais bien sûr , voyons !... elles en ont tellement l'habitude ".

A-t'-elle le physique de l'emploi ?
un "profil socio-culturel" ?

Eh bien , pas du tout .

     
    

C'est rassurant , remarquez . Aucune discrimination , même positive , dans ce cas .
Tout le monde peut faire l'affaire ! Il suffit qu'elle soit aperçue , repérée , visée , utilisée et mise à toutes les sauces .
Et le tour est joué : une "femme-forte" de plus , une !
Etonnons-nous que ça leur devienne pesant , parfois .

     La femme-forte de base , c'est celle qu'on ne regarde pas .
Non qu'elle soit oubliée , pas du tout , mais elle n'existe vraiment aux yeux des autres ...
que lorsqu'ils ont besoin d'elle . On lui téléphone , bien sûr , mais plus  (beaucoup plus ) pour lui raconter ses angoisses et petits malheurs que pour lui demander si elle n'est pas trop fatiguée ce soir pour écouter tout celà pendant une bonne heure , que l'on terminera par l'immanquable : " Et toi ? Je ne te demande même pas comment tu vas , tu es toujours en forme , toi , alors !..."

                   
  Aux yeux de ses dévoreurs , la femme-forte est là pour çà . Point .
non que ceux-ci soient foncièrement mauvais ou égoïstes : non , juste l'indifférence et l'égoïsme quotidiens . Il y a ceux qui prennent , comme les tonneaux des Danaïdes ... et celles qui donnent ... quand même , ou bien sont dévorées , croquées et recroquées .

Et " l'homme-fort" ?  

Aucune définition . ce serait à l'évidence une redondance pour qualifier ce sexe dit "fort" .

Alors ?

Eh bien alors , il faut regarder -et aimer - autrement ces femmes-fortes .

Il faut se souvenir qu'elles ont le droit elles aussi
* de vivre
* d'ête fatiguées , usées ,
* tristes ou pressées
* et ont le droit de s'appartenir un peu , pas seulement aux autres . De vivre leur vie  et de chanter vraiment là où la vie les a posées .

                 

Alors , à notre amie Adelina , nous disons :

Pleure , Adelina , pleure ,
nous sommes
avec toi .

Pleure , Adelina ! Pleure !
Pour Lina , notre amie .