Page précédente
Page suivante
INDEX
Tout sur nous ?

* Dire "Merci" à
sainte Rita

* Autre Ex Voto de remerciement

Nous sommes toujours admiratifs de votre Page Tendresse . Nous n'avons pas ( encore ! )des millions de lecteurs , mais c'est vraiment toute une humanité qui s'y exprime , avec un objectif commun : aider l'autre , celui qui est juste à-côté de nous et qui a besoin d'un peu d'espoir et de courage . Si nous , nous pouvons réaliser çà à notre modeste échelle , c'est déjà un bon début !... Alors , un mail de 2 ou 3 lignes - pas plus ! - SVP .

Lulu a rangé ses armoires . c'est au printemps que ça la chatouille le plus souvent , ce genre de choses. Ce faisant elle a retrouvé une charmante petite pendulette ancienne , oubliée depuis longtemps . Le remontoir est là , mais inefficace malheureusement .
- Mignon comme tout , çà , je vais la faire réparer et j'en ferai cadeau à quelqu'un , ça vaut la peine . Tiens , je me demande si Stanislas est toujours là ?"
Stanislas . Mais bien sûr , Stanislas !
Il n'y a pas meilleur horloger que Stanislas . Lulu l'a toujours connu ; il était déjà là quand elle allait au lycée , vous pensez .

Authentique .
à lire en écoutant
Yvan Rebroff
naturellement ....

parce que Stanislas est un bon géant rieur  bourru et coquin .
il va vous plaire
.

Voici donc notre Lulu partie dans Paris . Vacances de Pâques obligent , on circule et on se gare comme dans un rêve . Juste devant la boutique de Stanislas.
Il est là ! Fidèle au poste . On l'entend rire depuis la rue .
Il ne doit pas être jeune calcule Lulu : 85 ou 86 ans !
Son échoppe non plus n'a pas rajeuni . Minuscule . Et maintenant "aménagée" : le comptoir a été repoussé contre le mur du fond et le patron travaille mollement assis ( en biais )sur un vieux fauteuil Voltaire - gris indéfini - qu'il partage avec diverses petites boites contenant des outils et des fragments de ce qui a dû être montres ou pendulettes .
On n'a pas oublié les clients : ils ont le choix entre 2 autres "fauteuils" , dont un siège avant un peu défoncé de 2 CV ( ça ne nous rajeunit pas ! ) .Par terre , c'est un effroyable mélange de petits bouts de ceci ou de celà , de petits ressorts et d'emballages divers . Oh , Ma Doué !
( en fait cette exclamation bretonne ne convient pas du tout , Stanislas étant d'une origine aussi incertaine que probablement slave ).

Et voilà . Stanislas délivre sa prestation tri-hebdomadaire ( ça le fatigue trop maintenant , dit-il , il ne travaille plus que 3 jours par semaine ... mais va voir "ses fournisseurs" , anciens élèves et copains le reste de la semaine ) . Et pour du spectacle , c'est du spectacle . Sans lunettes Stanislas est en train " d'opérer " une vieille montre de gousset d'un tourne-vis délicat  mais insistant .
Grognements , soupirs ... "ça ne vient pas !"

        

... et quand "ça ne vient pas" ... ça déplaît à Stanislas .
Du coup il lève les yeux et aperçoit Lulu . - C'est pour quoi ?"  A l'annonce du problème , un oeil négligent jeté sur la pendulette inanimée , il rugit :
" Personne à Paris ne peut faire çà !"
Lulu se recroqueville , mais Stanislas ajoute triompha-
lement : "... sauf Stanislas , Madame !" . Ouf .
Rasséréné , il reprend la montre rétive .
Va-t-elle cèder ? Que non , elle résiste . Si .

On est parti pour un bout de temps . L'ancien siège de 2CV est occupé par un monsieur âgé ( qui a d'ailleurs voulu offrir sa place à l'entrée de Lulu ) ; Stanislas lui suggère d'aller fumer un cigare devant la porte . Hésitation manifeste dudit monsieur : c'est le propriétaire de la montre .
Stanislas ne veut sans doute pas qu'il assiste à la suite des opérations .
Exit du propriétaire auquel il dit pour l'encourager  : "je vais lui mettre de ce spray ( il prononce "spraille" , on est moderne ou on ne l'est pas ). Il faut laisser reposer , on verra çà tout-à-l'heure ; allez donc fumer votre cigare ".
Aussitôt Stanislas repose la montre et grommelle " il me fatigue celui-là , à attendre comme çà ; je lui ai promis sa montre pour aujourd'hui , il y a huit jours , mais je n'y peux rien si elle ne veut pas s'ouvrir !"
Et Stanislas , comme allègé , entonne en sourdine une nouvelle mélodie et prend en main la pendulette de Lulu . Ah , enfin !
Mais voilà qu'entre un nouveau perturbateur . ( C'est fou , çà . Il ne manque manifestement  pas de clients , notre Stanislas ) .

Remarquez , avec le nouvel arrivant , ça va vite . Il veut seulement faire changer la pile de sa montre. Stanislas a tôt fait ... MAIS soudain il tire d'un bon coup sec sur le bracelet ... qui abandonne avant même d'avoir tenté la moindre résistance . " A changer !" s'esclaffe Stanislas qui met aussitôt sous les yeux ébahis de son innocent client tout un assortiment de bracelets de cuir . " Lequel ?"

Oh , Stanislas !

Le pauvre homme repart très vite avec un extravagant bracelet vert-pomme ( mais où pourrait-on trouver celà à Paris , si ce n'est dans cette boutique ? ) le seul à être vraiment adapté à la taille de la montre et à son gros poignet . Pas sûr que cette expérience-minute l'aide à surmonter une timidité que Lulu juge maladive .
La vie c'est comme çà , l'épreuve peut toujours vous atteindre juste au coin de la rue , pas vrai ?
Stanislas jubile . Et fredonne .
D'un doigt expert il déshabille la pendulette de Lulu .
Ah , cette fois ça va avancer !
Non , pas trop , l'homme au cigare ayant glissé un oeil quémandeur Stanislas revient à sa montre .

Sans doute convaincue par le "spraille" ,
celle-ci s'ouvre enfin.
Stanislas s'y engouffre aussitôt .
Silencieux , il n'est plus là pour personne . Mais s'arrête peu après : où est passée sa loupe ? Ni Lulu ni l'autre vieux monsieur qui attend on ne sait quoi rabougri sur son fauteuil ne l'ont vue .
Désappointé , Stanislas lâche la montre .
" Bon , on verra çà " .
Son propriétaire , toujours en proie à un espoir que rien ne justifie , retourne sans un mot sur le trottoir .

Lulu espère à nouveau . MAIS ....

        

              

MAIS entre une jeune femme blonde , tout sourires ,  suivie de sa fille .
L'oeil de Stanislas brille en connaisseur et il se met en quatre pour trouver le bracelet qui plaîrait à la petite qui vient de casser le sien . Hélas rien ne va et mère et fille repartent en proie à un superbe fou-rire qu'elles laissent généreusement à Lulu . Affreux . Surtout que Stanislas aussi se met à rire : " je savais bien que je n'avais rien pour elle , mais j'ai traîné un peu : elle est si mignonne cette petite dame , je la vois souvent , elle habite là à-côté ." 
Tout le monde rit . Coquin , va !
Les choses se corsent à nouveau : cette fois c'est le couvercle de la montre de gousset qui a disparu ... avec les 3 petites vis déposées là par un Stanislas insouciant . Lulu oscille entre fou-rire et impatience , mais elle ne dit mot inspirée sans doute par sa connaissance de l'âme humaine .
Et elle a raison :
Stanislas reprend sa pendulette .
Le propriétaire de la montre de gousset revient : je dois partir j'ai un rendez-vous ; ce sera prêt quand ?"
-  Repassez ce soir à 19 heures ... ou mieux , samedi" ( on est mardi mais sans doute a-t-il évalué rapidement le temps qu'il faudra pour retrouver couvercle et petites vis ) . L'autre opine et s'en va . Calmement , d'ailleurs .
Un habitué , sûrement .
L'autre vieux monsieur est invité lui aussi à revenir samedi , sans explication mais n'en demande pas ; son "horloge de salle-de-bains" ne doit pas trop lui manquer ... ou alors il était venu passer un moment , tout simplement ?

        

Et tout d'un coup les choses s'accélèrent comme par miracle : Stanislas éconduit "jusqu'à samedi" une dame qui lui a donné un collier à renfiler " il y a 2 mois , juste avant mon départ en Martinique " ...
- oui , oui , c'est fait mais je l'ai mis en sûreté , il faut que j'aille le rechercher " ment effrontément le fourbe . La dame en semble très flattée et reviendra samedi . Bonne chance !

- Et voilà , ça marche !" triomphe Stanislas en tendant soudain sa pendulette à notre Lulu incrédule .
Et c'est vrai .
Mais qu'a-t-il fait ? Quand ?
Mystère . Quel phénomène ce Stanislas !

Au fond , ne sommes-nous pas
un peu trop sages , nous ?
Sans en faire son quotidien ,  ne pas négliger la "technique-Stanislas" serait une bonne chose : respirer , se donner du temps , faire pour le mieux ... chanter et s'en tirer par une pirouette en cas d'urgence !  Hé , hé ??
Pas si mal , çà . Non ?