Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

Rouges , noirs , blancs , jaunes , tous les coeurs ont la même couleur , celle de la chaleur humaine , quand ils s'expriment . Alors , ne craignez ni les fautes d'orthographe ( nous les corrigerons ) ni les maladresses ( elles sont touchantes ) et mettez tout votre coeur sur la Page Tendresse (un mail de 2 ou 3 lignes , pas plus , SVP ). Merci .

Les rizières du Piémont ont beaucoup plu à Lulu , qui en a rapporté de belles photos , des recettes et des anecdotes .

Elle n'est pas allée à Venise , mais a rencontré un vieux monsieur vénitien charmant qui lui a raconté "le risotto du Doge " .
Voici ce qu'elle en a retenu .

Venise , la Sérénissime , entre l'an 697 et 1797 , a placé à sa tête 120 Doges , citoyens élus et soumis à des règles particulièrement strictes ( ne pas sortir de son palais par exemple). Ce n'était pas une sinécure , d'être Doge de Venise . D'ailleurs la plupart des portraits que l'on a de ces messieurs ne sont pas particulièrement souriants , sous leur "corno" ( bonnet en forme de corne ) de brocard et d'or .
On disait le Doge "l'esclave glorifié de la république ".
        

Certains Doges furent de grands administrateurs , dévoués au bien de la cité et de ses habitants , d'autres ... moins admirables ; il y en a même un - Marino Faliero , 55ème Doge , entre septembre 1354 et  avril 1355 - qui fut proprement décapité pour complot contre le Conseil des Dix de Venise - mais on n'a jamais su si c'était pour un motif politique ... ou pour venger l'outrage que lui avait infligé l'un de ses membres disant que la Dogaresse ( la jolie quarantaine , parée comme une reine et peut-être un peu ... indifférente à son Doge de mari arborant bien 80 printemps et de caractère explosif !) .
Son insulteur deviendra le 73ème Doge !
Deux cents ans plus tard le Conseil continuera de refuser que son portrait soit réalisé comme ceux de tous les autres Doges ( par le Tintoret ) : il est remplacé par un voile noir disant qu'il fut décapité pour crime. Rancune tenace .
C'est le seul qui connut une aussi triste fin .
Ah , l'amour ... ou la politique !.... pas facile tous les jours .
Courage fuyons ! ... disait Napoléon ( à propos de l'amour ).

Pour la petite histoire , il faut dire que ce pauvre Marino eut vraiment une " guigne" phénoménale  :
*** aux fêtes de son élection , le Bucentaure , navire d'apparat des Doges se perdit dans les brumes de la lagune ! Pas banal .
*** le gondolier qui vint à la rescousse le débarqua
entre les 2 colonnes de la place Saint Marc
( on exposait les pendus entre ces 2 colonnes !  Pouah ! ) .
*** lors de sa décapitation ... sa tête roula en bas des escaliers , le faisant copieusement huer par la foule !      Pas drôle tout çà .


 
le Bucentaure ( littéralement " le Buccin d'or " ,  vaisseau ( galère ) d'apparat à plusieurs étages , orgueil de Venise , reconstruit plusieurs fois jusqu'en 1797 date des invasions dévastatrices des autrichiens et des troupes de Napoléon ...

D'autres Doges , tout de même , ont été très appréciés , comme Sebastiano Ziani , qui trouva "une cité de pierres" et laissa "une cité de marbres" entre 1172 et 1178 .
"Carrière" aussi brève que positive .
Après une élection mouvementée ( en fait il fut imposé après 4 mois de vacance : " c'est le nouveau Doge , que ça vous plaise ou non " dit le Conseil ) , il s'illustra par une médiation victorieuse entre Fréderic Barberousse et le Pape Alessandro III qui lui accorda le droit de célébrer chaque année "les épousailles de Venise avec la mer " en y jetant un anneau d'or au cours d'une cérémonie grandiose - la Sensa = le jour de l'Ascension  - avec une régate magnifique .
           

Ziani  redora le statut de Venise qui avait décliné peu à peu , notamment grâce à un "carnet d'adresses" très bien fourni et les dons commerciaux qui lui avaient permis de s'enrichir
- très confortablement - 
( avant son élection )
à l'aide d'une petite tendance à la contrebande (du poivre) et des habitudes  incontestablement ... usuraires .  Nul n'est parfait .
Prudent , il démissionna en 1178 .

Vie trépidante que celle de Venise au cours des siècles .
Ville d'intrigues et de passions , de débauche et de richesses .
Mais tout le monde n'y était pas riche .
Les paysans des régions voisines opérèrent cependant une "révolution" agricole importante vers l'An Mil , aidés par les Bénédictins des nombreuses abbayes qui couvraient l'Italie d'alors : ils devinrent les
champions de la culture ... des petits pois !
Mais non , ce n'est pas rien . C'est même très important pour la savoureuse cuisine vénitienne .
Les petits pois de Vénétie sont réputés ,et ceux de Peseggia " doux comme un baiser " paraît-il ; ils jouissent même d'une DOP (Dénomiination d'Origine Protégée ) !!  

    
Voici les champions . Tout frais .
En italien , ce sont " i piselli " , mais avec l'accent de la Vénétie :
"
i bisi" .

Aussi est-ce très naturellement que naquit "risi e bisi" ( du riz et des pois ) , gourmandise incontournable et quasi millénaire de Venise .
Effectivement , c'est délicieux .
A Venise , ce plat ( qui n'est ni aussi consistant qu'un risotto , ni aussi liquide qu'une soupe , mais juste entre les deux ) devint le mets de gala des Doges .

Comment préparer "risi e bisi " ? Facile .

La "vraie recette" suppose autant de petits pois ( avec leur cosse et pas trop tendres , sinon ils fondent ) que de riz .
*** On fait bouillir les cosses des petits pois dans de l'eau salée ( on peut y ajouter un cube de bouillon de viande ou de légumes ) pendant 1 heure . Ecraser les cosses , filtrer : on obtient un joli bouillon déjà un peu crèmeux qui va être utilisé jusqu'à la fin de la recette .
*** Faire frire doucement dans un peu d'huile ( et de beurre ) un oignon ( doux , c'est meilleur ) avec des petits lardons de pancetta ou de jambon cru et du persil . Y ajouter les petits pois et mélanger pendant une dizaine de minutes en mouillant d'un peu de bouillon .
Verser alors le riz en pluie sur le mélange .
Dès lors arroser celui-ci de petites quantités répétées de bouillon
( chaud ) pour qu'il cuise ( al dente ou plus selon votre goût ) .
On laisse reposer quelques minutes en ajoutant un peu de beurre et de parmesan râpé , avant de déguster .
La consistance finale est " a l'onda" c'est-à-dire que , posé sur une assiette , le riz "ondule" doucement vers ses bords quand on l'incline
 
Beaucoup d'autres recettes de risotto dans les
pages suivantes .

Quand le Doge dégustait-il
"risi e bisi " ?

A la Saint Marc , bien sûr !
San Marco est le patron de Venise et le jour de sa fête ( 25 avril ) est célébré en grande pompe chaque année ( d'autant plus que cette date coïncide avec celle de la Libération en 1945 ) .
Symbole de la terre vénitienne , ce plat était servi chaque année au Doge .

Et aujourd'hui que fait-on à la san Marco ?
*** on savoure "risi e bisi" , bien sûr ,
*** on offre des roses rouges à l'être aimé , en souvenir de l'amoureux de la fille d'un Doge , que celle-ci envoya chercher la gloire en combattant contre les Turcs ; blessé à mort il ramassa quelques fleurs pour les lui faire porter par un de ses compagnons ; elles arrivèrent , teintées de son sang .
*** on part souvent "hors les murs" pour une escapade champêtre pendant laquelle on dégustera omelette froide , pain et salami , le tout arrosé ( avec modération ! ) de Bardolino , Valpolicella ou autre gourmandise .

NB pour les étudiants étrangers qui utilisent notre site pour se parfaire dans notre langue :
on ne dit pas des "p'tits pois" , mais bien des "petits pois" , mais comme à Venise on raccourcit "piselli" en "bisi" , nous aussi , avons fait un raccourci !