Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

Aucun besoin d'être doué en quoi que ce soit pour enrichir la Page Tendresse , il suffit d'un petit mail de 2 ou 3 lignes .

Pas vraiment braconniers , ceux-là ,
          ...plutôt des amateurs .

Autre histoire édifiante : celle de Daniel . Nous sommes maintenant dans les années 60 ( 1960 ! ) , progrès et abondance fleurissent et tout va bien . Daniel n'a guère de soucis , travaille beaucoup mais peut s'offrir plein de choses agréables : voyages , jolie voiture , etc... c'est bien agréable !....comme la vie moderne peut être belle !  Pas encore de soucis pour le réchauffement planétaire à l'époque , pas de crash économique non plus !
LE Bonheur .

Cette atmosphère vous rend tout naturellement ouvert à toutes les plus agréables aventures .
En l'occurrence , sous les traits de la très jolie Solange . Même si celle-ci était l'épouse de son meilleur ami . Oh lala !!

Bien que marié lui aussi , et jusque-là d'une fidèlité exemplaire , Daniel ne vit pas ( ou ne voulut pas voir ? ) le danger .
De petits sourires en confidences , et de rencontres fréquentes ( dues autant à la vie mondaine de leur petite ville qu'à un hasard un peu facétieux ) en rencontres plus fréquentes encore et espérées , Daniel tomba sous le charme de Solange ( qui , elle , n'était pas exactement un modèle de vertu conjugale , profitant au mieux des absences répétées ,  mais  professionnelles , de son époux ) .

La coquine aimait ce jeu et mettait ce pauvre Daniel sur des charbons ardents .
Conservant un fond d'honnêteté jurée devant le Maire et le Curé , Daniel s'était jusque-là conduit en gentleman : même pas un petit baiser . Solange s'impatientait .

Elle eut donc bien du mal
à le convaincre d'organiser un après-midi ... galant , pour eux deux , dans une auberge charmante des environs .
Il hésitait , reculait , acceptait , refusait , ergotait ..... sous l'oeil incrédule et néanmoins intéressé de la tentatrice .

Finalement , il capitula ...et devint encore plus impatient qu'elle de ce "rendez-vous" . Quelle aventure , pour un époux honnête !
Il en était tout chamboulé ....
ce qui n'échappa pas à son épouse .

Au jour dit , il prit sa voiture pour la rejoindre à l'Auberge Fleurie de N*** .
Un bijou , romantique à souhait , niché dans la verdure et les fleurs : un écrin enchanteur .


A son arrivée il gara sa voiture  soigneusement à l'abri des regards et se dirigea vers l'entrée . Et là ....

" Ouhou , chéri ! Nous sommes déjà là! "... sa chère épouse s'avançait  toute souriante , en compagnie ... du mari de Solange , tout sourire lui aussi , portant son attirail de pêche .
"Quelle bonne idée , cet après-midi de pêche-surprise  , cher Daniel .
Ta femme a vraiment eu une excellente idée ! Solange n'est pas encore arrivée mais elle ne va pas tarder , elle m'a dit qu'elle allait se promener . Moi aussi ,  j'ai  bien joué le jeu , je ne lui ai pas dit que je viendrais aussi . Elle va être surprise !"
dit l'innocent mari .   
Celle-ci , en effet , arriva peu après au volant de son cabriolet . Avec un sang-froid magistral , elle sauta au cou de son époux et de ses amis ... puisqu'ils étaient tout sourire .
L'après-midi fut charmant mais on trouva que Daniel avait l'air fatigué. On se promit donc de renouveler ces petites escapades oxygénées .

Daniel passa les 40 années suivantes avec son épouse , sans jamais plus regarder une autre femme , mais continua à se demander comment elle avait su ..... Celle-ci n'en reparla jamais non plus , mais fit un très joli cadeau à la secrétaire qui avait toujours une oreille qui traînait , dans le bureau de son mari .

Nous voici "entre les deux guerres" , période fructueuse et inventive s'il en fut .
il existe encore des gardes-champêtres dans nos campagnes, qui traquent le braconnier , dressent procès-verbal , surveillent et protègent . Ils sont très impliqués mais dénués de moyens vraiment efficaces .... à moins que .... le hasard ne leur vienne en aide   >>>>>>

Paul était un de ces gardes-champêtres , dans le Centre de la France . La vocation , il l'avait eue très tôt , en suivant le garde-champêtre de son petit village , et il réussissait parfaitement dans sa fonction .
Par contre , il se rendait bien compte que son fils , Louis , ne suivrait pas la même voie champêtre : il allait à l'école d'Ingénieurs de la ville .
Louis revenait au village pour les vacances et  expliquait à son Père toutes les belles choses qu'il avait apprises .
Son Père , lui , ne pouvait raconter que les misères que lui faisaient les braconniers , et surtout
"le Gus" , ce diable personnifié qui s'obstinait à venir braconner sur les terres de Monsieur le Député , alors qu'il lui aurait suffi de faire quelques kilomètres de plus pour se retrouver dans les bois communaux  ouverts à tous . "Gus , je t'ai vu !" criait-il mais Gus s'en moquait . Tout celà finissait par navrer ce pauvre Paul .
Louis , en fils compatissant , eut une idée , et en quelques jours elle fut mise en oeuvre .

A sa première incursion en terre interdite , le Gus eut la peur de sa vie : une voix semblant venue d'outre-tombe l'accueillit :
"Gus , prends garde ! Gus ! Gus !"
et répéta son menaçant message pendant toute la matinée .
Gus tourna les talons , tout tremblant et courut raconter la chose à ses copains ( qui n'y crurent pas , d'ailleurs ! ) . Depuis ce jour-là , il changea le lieu de son braconnage , au grand soulagement de Paul
Personne ne sut jamais que Paul et Louis avaient passé là un moment inoubliable : Louis actionnait une petite dynamo tandis que Paul "s'exprimait" tout simplement dans un micro relié à un haut-parleur !
Franchement , ce fut une réussite!

Dernière histoire , toujours aussi vraie .

Toute récente , celle-ci : elle a fait la 1ère page d'un quotidien local du Piémont en octobre.
Au départ , ce n'est pas si drôle que çà : des funérailles ( mais si vous avez lu notre page sur celles du Mimi-d'la-Lison , vous savez que le rire est parfois là où on ne l'attend pas ).

Cette fois , c'est le vieux Gianni , mort sans famille , mais  tranquillement , de sa belle mort
à plus de 80 ans , qui a "bénéficié" de l'imagination fertile de quelques copains , braconniers en tout genre mais sympathiques Seul au monde , Gianni n'avait pas de place au cimetière du village , il avait donc été décidé de l'incinérer ( c'est moins cher ) , ses amis se cotisant pour règler les frais .

Leur petit groupe n'a guère de sous et a poussé les hauts cris à l'annonce des frais de transport du cercueil pour incinération à la ville
( distante de 60 km ).
- Non , non , on va se débrouiller , pour ce transport , c'est notre ami !"


ils "empruntèrent" une camionnette sur un vieux chantier abandonné ; elle crachota un peu quand même , mais , finalement , démarra ..... >>>>>>>>>>>>>>>>>

... ils prirent donc la direction de la ville . Le cercueil brinqueballait bien un peu , parce qu'il n'avait pas été facile de l'arrimer là-dedans , "mais on allait réussir ."

Au volant , c'était Paolo , 75 ans  . Les autres amis s'entassaient comme ils pouvaient  ( mais au moins il n'auraient rien à payer , sauf l'essence ) . Tout le monde était ému  ,"mais on allait réussir ".
L'autoroute passait à 15 km du village et ces premiers kilomètres furent parcourus à bonne allure . C'est sur l'autoroute que tout se corsa :

le rapport de la Gendarmerie indique :
* circulation à contre-sens sur  l'autoroute
* à
vitesse excessive , en surcharge de passagers ,
* avec conducteur en état d'
ébriété
* transport de
cercueil en véhicule non autorisé
* sans
permis de conduire , sans carte grise et   sans assurance .
Ah , mince .....un peu plus et ils auraient réussi !  

Dernière minute : Notre page Panacea vous a montré de superbes fresques . 
Pour visiter à 360° une chapelle et un musée entièrement décorés , cliquez
ici
( et allez en bas de page ).

Après ces histoires de gardes-champêtres et de braconniers , voici des histoires de vrais ... "bêtas" ( dont l'un était néanmoins braconnier ) . Vous allez voir qu'il leur est cependant arrivé  des aventures mémorables !
Comme toujours , ce sont des HISTOIRES VRAIES .

©