©

...et plein de nouvelles !

Des nouvelles de Lulu .
Elle a décidé de se changer les idées : festival de longues marches à pied , de bouillon de légumes , de poisson " huile d'olive-citron" , de " gymnastique des neurones " ( mots-croisés , le compte est bon , tétris , etc...) , nouvelle coupe de cheveux ,  etc , etc....
Il paraît que ça marche .Tant mieux...
En fait :  nous soupçonnons Lulu...de se préparer aux agapes de fin d'année !
Ce n'est pas idiot , d'ailleurs .
Et vous ?

Des nouvelles de Lady Patricia !
La délicieuse Lady dont nous vous avons déjà parlé plusieurs fois  a été très occupée  : cours de claquettes , révisions de Français pour pouvoir nous écrire  , théâtre ( il paraît que tout le monde était très bien , les acteurs...et son époux et elle quand ils sont allés se  faire un petit dîner d'après spectacle ! ) .
Elle apprécie les recettes de cuisine que nous lui envoyons...et nous en donne une à son tour .
Qui a dit que nous n'oserions pas tester la gastronomie anglaise ?
Voici sa recette des  "haricots en fête " :
* 200 g de haricots verts cuits et égouttés
* 25 g de pignons de pin dorés à la poêle
* 50 g d'olives
* 100 g de féta
 mélangez le tout en arrosant d' huile d'olive et citron .
   " Fini . -et bon appetite ! " ajoute Lady Patricia , qui indique tout de même , (avec son charmant petit accent , quand elle écrit en Français) , que " Il est un jour misérable , il pleut à torrents et je ne peux pas voir les collines à une distance de un-demi kilomètre " .  
Fair-play , ça on savait déjà , mais gourmets aussi , ces anglais .
Le petit fils de l'un d'entre nous a trouvé un moyen prometteur de distinguer les taureaux...des vaches .

Après mûre réflexion et examen attentif et néanmoins réitéré , il certifie que c'est aux cornes que l'on reconnaît les taureaux .
lI semble il y avoir un léger flottement chez le Grand'Père (  philosophe - mélomane - internaute et bricoleur inspiré , dont nous vous parlerons un jour ) .
Mais , avant de classer l'affaire au rang des enfantillages , il faut réfléchir un peu . On trouve tellement de choses nouvelles avec le laser , l'ADN , le clônage , etc , etc.....que.....
Comme disait Guy Béart : " maintenant , quand j'aime , je suis content que celà ne vienne plus de mes sentiments " ( sous-entendu : mais de mes hormones et phéromones ! ) .
Mais surtout , l'apprentissage du respect des différences , de plus en plus répandu à l'école et dans les médias ( le dessin animé où la grande soeur est une énorme vache avec des pis brinquebalants , celui où le petit frère est un souriceau qui se déplace en avion téléguidé dans l'appartement....) tout celà commence à porter ses fruits !
...en fait , on a peut être un peu forcé , dans le cas présent ?...ça ne va pas forcément lui simplifier la vie , à ce petit....mais on a le temps d'ajuster les choses !
NB : conséquence inattendue de l'information ci-dessus :

Notre cher docteur( très en verve en ce moment : il a traité son rhume à la vitamine C ! )  raconte être allé , dans sa jeunesse , à un congrès sur les handicapés , à Norwich , au cours duquel le Lord Mayor du coin , en ouverture de congrès et avec un accent du terroir (anglais ! ) " à couper au couteau " paraît-il , aurait raconté l'histoire suivante :
- deux vaches voient passer un boeuf devant leur pré ; la première dit à l'autre : "Oh , my dear ,ici aussi , il y a un problème d'handicapés " .
Il paraît que tout le monde a bien ri . Ils ne sont pas si coincés qu'on veut bien le dire , nos amis anglais !
Et "Monsieur Paul" ?
Vous vous souvenez , celui qui disait "  " tiens bon la barre , moussaillon , je rame avec toi " ?
Savez-vous qu'il a été cap-hornier ??
En ces temps de "route du rhum " ...c'est d'actualité de le rappeler !
Et à l'époque , ce n'étaient pas des trimarans sophistiqués , avec électronique de pointe (mais tout de même quelques bonnes vagues par en-dessous !...la preuve ) ....c'étaient de gros voiliers sur lesquels la vie  - aussi bien que la mort - était rude...à la vraie  dimension des horizons et des "quarantièmes rugissants "....
Dans les zones de calme plat , les marins rafistolaient filets et voiles...puis sculptaient et faisaient du crochet ( et personne ne devait trouver ça efféminé , je vous l'assure !...il n'y avait qu'à voir le genre de gaillards dont il s'agissait !...) .
A la maison , il y avait un minuscule coffret de bois tout ajouré , juste de la taille du dé à coudre auquel il servait d'écrin , de même qu'une pipe à tête de corsaire ( même si personne ne fumait à la maison )...et deux couvre-lits en lourd coton blanc  ( pesant des tonnes quand on les lavait...une fois tous les 10 ans à peu près ! )...tout celà fait de la main de Monsieur Paul !
Le premier couvre-lit ( tout au crochet !) était orné d'énormes grappes de raisin en relief ; le second avait des volutes de pois de senteur , avec feuilles et pétales en relief .
 Ses mains étaient courtes , puissantes , carrées , et on les  imaginait avec peine maniant le crochet et le coton pour en tirer ces merveilles . Celà lui donnait une dimension extraordinaire , à Monsieur Paul .
Et lui , il nous racontait tout ça , tranquillement .
Certains soirs même , il  chantait des chansons où il était question de Valparaiso ....et une autre qui disait :
   " Chantons , pour passer le temps , les amours plaisantes d'une jolie fi-i-lle...qui prit l'habit de matelot et vint s'embarquer à bord d'un vaisseau....".
Bon voyage , Monsieur Paul . Revenez vite dans nos souvenirs .
Ah , c'est agréable , de recevoir des nouvelles de ses amis !  (Comme nous en avons beaucoup , nous les partageons volontiers avec vous.) .
Et si vous aussi , vous nous donniez de vos nouvelles ?
Avez-vous trouvé un moment de calme sur notre site ?

retour à l'INDEX