Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

Pas de saison pour redonner un peu de "peps" et de soleil au moral des autres : la Page Tendresse fait "soleil non-stop" .
Pour l'enrichir ( mais seulement des messages d'espoir et d'optimisme , rien d'autre ! ) : un petit mail de 2 ou 3 lignes .

Saisons

C'est fou , çà . Connaissez-vous quelqu'un qui ne vous dise en ce moment : - Ah , il y en a assez de cet hiver !" ?
Ce sont ceux qui vous diront , consternés et revendicateurs , qu'il n'y a plus de saison ! ...sans parler de leur colère à l'arrivée de la canicule .

Mais , soyons donc contents de temps en temps !

Voici , pour nous aider à être contents , deux petits bijoux d' Anna de Noailles , délicieuse et jolie comtesse des années folles

 

Les paysages

Les paysages froids sont des chants de Noëls,
Et les jardins de mai de languides romances
Qui chantent doucement les péchés véniels
Et mènent les amants à de douces clémences...
Les paysages froids sont des chants de Noëls.

Les bouquets de palmiers et les fleurs de grenades,
Évaporant dans l'air leurs odorants flacons,
Donnent, au soir venant, d'ardentes sérénades
Qui retiennent longtemps les filles aux balcons...
Les bouquets de palmiers et les fleurs de grenades !

Le charme désolé du paysage roux
Soupire un air connu des vieilles épinettes ;
La grive se déchire aux dards tranchants des houx
Et le corail pâlit aux épines-vinettes...
Le charme désolé du paysage roux !

Le feuillage éperdu des sites romantiques,
Où la lune dans l'eau se coule mollement,
Élance vers le ciel en de vibrants cantiques
Le mensonge éternel de l'amoureux serment...
Le feuillage éperdu des sites romantiques !

Et le rire éclatant des paysages blonds
Court sur l'eau des ruisseaux, dans le maïs des plaines
Et fait tourbillonner les grappes de houblons
Et les abeilles d'or autour des ruches pleines...
Le rire ensoleillé des paysages blonds !

Mais oui , la décision de choisir notre angle de vision nous appartient ! Il ne faut pas croire que ce soit artificiel : c'est un état d'esprit .
Pas besoin d'aller voir un "coach" ( c'est cher ! ) un psy
( comme disait un des patrons de notre Bon Docteur : "un spécialiste relève souvent de la matière qu'il a choisie " !! ) et moins encore un
gourou ( ça peut être dangereux ) , il faut préserver , choyer et donner libre cours à notre ardeur !
Car , il y en a au fond de chacun de nous . Mais si .

                     L'ardeur

Rire ou pleurer, mais que le coeur
Soit plein de parfums comme un vase,
Et contienne jusqu'à l'extase
La force vive ou la langueur.

Avoir la douleur ou la joie,
Pourvu que le coeur soit profond
Comme un arbre où des ailes font
Trembler le feuillage qui ploie ;

S'en aller pensant ou rêvant,
Mais que le coeur donne sa sève
Et que l'âme chante et se lève
Comme une vague dans le vent.

Que le coeur s'éclaire ou se voile,
Qu'il soit sombre ou vif tour à tour,
Mais que son ombre et que son jour
Aient le soleil ou les étoiles...

Alors , nous pouvons certainement supporter les rigueurs changeantes de l'hiver actuel . Ne serait-ce qu'en relisant la définition qu'en donna Lord Byron :
"L'hiver anglais se termine en juillet pour recommencer au mois d'août "
... pitié , Lady Patricia , ce n'est pas nous qui disons çà , c'est Lord Byron !!

Finalement , le seul qui devrait se plaindre réellement des saisons , c'est notre nez , pas nous. En hiver , il s'enrhume , coule et trompette (sa façon de tempêter ) .
Nous n'allons tout-de-même pas nous laisser mener par le bout du nez !

Et il n'y a pas que le nez à vouloir nous faire voir la vie en noir : les cors aux pieds , le lumbago , la migraine , ... les voisins , le percepteur , ...bref "les autres" .

Si on se laisse mener par le bout de son propre nez , on n'est jamais content .
Des millions d'êtes humains rêvent d'une vie éternelle et s'il pleut le dimanche après-midi , ils ne savent pas quoi faire .
S.Ertz
Réagissons ! Le patron , c'est nous .

La prochaine fois que votre nez ( ou assimilé) menace de semer la pagaïlle dans votre humeur , soignez-le , puis remettez-le en place avec quelques pensées bien choisies
( mais à vue de nez ) :
* un nez qui peut voir en vaut deux qui reniflent  Ionesco
*  un nez tout droit , ça voit loin . Heureusement pour le monde politique ,
il y en a très peu.

* certains nez semblent n'avoir reçu qu'une seule gifle ; c'est l'origine des têtes-à-claques.
On ne doit se résigner qu'au bonheur .
Alfred Capus

Alors , il faut écouter Verlaine et oublier qu'il pleut . Le merveilleux peut se cacher dans un flocon de neige ....
La Belle au Bois dormait...

La Belle au Bois dormait. Cendrillon sommeillait.
Madame Barbe-bleue ? elle attendait ses frères
Et le petit Poucet, loin de l'ogre si laid,
Se reposait sur l'herbe en chantant des prières.

L'Oiseau couleur-du-temps planait dans l'air léger
Qui caresse la feuille au sommet des bocages
Très nombreux, tout petits, et rêvant d'ombrager
Semaille, fenaison, et les autres ouvrages.


Les fleurs des champs,
les fleurs innombrables des champs,
Plus belles qu'un jardin
où l'Homme a mis ses tailles,
Ses coupes et son goût à lui,
- les fleurs des gens ! -
Flottaient comme un tissu très fin
dans l'or des pailles,

Et, fleurant simple, ôtaient au vent sa crudité,
Au vent fort, mais alors atténué, de l'heure
Où l'après-midi va mourir. Et la bonté
Du paysage au coeur disait : Meurs ou demeure !

Les blés encore verts, les seigles déjà blonds
Accueillaient l'hirondelle en leur flot pacifique.
Un tas de voix d'oiseaux criait vers les sillons
Si doucement qu'il ne faut pas d'autre musique...

Peau d'Ane rentre. On bat la retraite - écoutez ! -
Dans les Etats voisins de Riquet-à-la-Houppe,
Et nous joignons l'auberge,
enchantés, esquintés,
Le bon coin où se coupe et se trempe la soupe !