édition du Ier décembre 2002
©
Saint Nicolas , Bonhomme.....apportez-nous des pommes....des pommes et des raisins ! Saint Nicolas , c'est mon cousin .
6 décembre : c'est la Saint Nicolas !
En voilà , une grande fête . Celle des enfants , surtout dans le Nord et en Belgique . Saint Nicolas appporte les cadeaux ...de Noël ..( .ce qui ne devrait peut être  pas dépouiller forcément le Père Noël de ses fonctions , après-tout ?).
Vous souvenez-vous de la légende ?...vous savez : les trois petits  écoliers mis au saloir (et donc au sel !) par un aubergiste et que Saint Nicolas a délivrés ?...c'est l'un de ses miracles...et c'est pour celà qu'il est le patron des petits enfants !

Saint Nicolas était archevêque de Myra , en Asie Mineure . Les miracles qui lui sont attribués sont innombrables et il était aussi fameux en Orient qu'en Occident .
Patron "de toutes les Russies" , il est mort en 324 . Ses restes furent carrément volés , en 1087 ,par des marins italiens qui ne voulaient pas le laisser (se) reposer en terre païenne .Ils les rapportèrent triomphalement à Bari (du coup , Saint Nicolas devint aussi le patron des marins !). On lui éleva une belle basilique...de type purement normand ...car à l'époque la région de Bari (les Pouilles , entre le talon et l'éperon de la botte) avait été conquise par un normand..( pure crème ??...) , Robert Guiscard  qui en fit un port d'embarquement pour les Croisades .  
Saint Nicolas sembla s'en accommoder fort bien et continua à produire la "manne de St Nicolas" une eau miraculeuse purissime .
Démonstratifs comme pas deux , les italiens suivirent pendant des siècles un pélerinage , parfois à pied sur plusieurs centaines de kilomètres , avec un bâton orné d'une petite croix et de plumes de coq rouges , vertes et jaunes.... un parapluie noir ficelé le long du bâton , une couverture roulée en bandouillère et une gourde à la ceinture .
Les dévotions sont ferventes devant les reliques , le 7 mai ; le lendemain a lieu la fête nautique : la statue de St Nicolas,  est descendue (sans encombres!..sinon...) dans une sorte de petite niche reposant sur une estrade reliant 2 barques...et là...vogue le catamaran...jusqu'à quelques encablures ...où des milliers de pélerins viendront le  rejoindre , appporter leur offrande et recevoir en échange une reproduction de sa statue .

Il manque quelqu'un !!
       le Père Fouettard .
Pour préserver un petit atome d'obéissance (à défaut de sagesse spontanée )...le bon Saint Nicolas est accompagné , paraît-il , du Père Fouettard , qui , comme son nom l'indique , serait capable de faire entendre des arguments...d'autant plus mémorisables qu'ils sont déplaisants .
Il paraît que "ça marche"...enfin , un peu...et pas très longtemps .
Et les Quatre Temps , celà vous dit quelque chose ?
Non , il ne s'agit pas du Centre Commercial de la Défense .
C'était un vague souvenir d'enfance...qui vient de se révéler en feuilletant le vieux Missel de l'une de nos grand'mères  ( pas celle de Lulu , celle qui allait à Ars...et qui connaissait Fonsine et son chien ).
Maintenant , nous en savons nettement plus , vous allez voir .
Autrefois , l'année liturgique commençait le 1er dimanche de l'Avent (le plus proche de la fête de la Saint André , le 30 Novembre), et était divisée en deux cycles inégaux en durée :
¤¤¤ le cycle de Noël : du temps de l'Avent au temps de Noël , puis à celui de l'Epiphanie jusqu'à la Septuagésime
¤¤¤ le cycle de Pâques : du mercredi des Cendres , au temps de Carême , à celui de la Passion , au temps Pascal jusqu'au samedi après la Pentecôte , et l'immense "temps après la Pentecôte" ..;de la Trinité...jusqu'à l'Avent !
Les Quatre Temps sont liés à certains temps et surtout aux saisons .
Chaque saison était marquée de 3 jours de jeûne : mercredi , vendredi et samedi ( le samedi étant traditionnellement dédié aux ordinations ) ; il y a donc :
¤ les Quatre Temps d'hiver , avant le 4ème dimanche de l'Avent
¤           "        "      "   de Carême (la 1ére semaine de Carême)
¤           "       "       "  de Pentecôte (dans l'octave de la Pentecôte)
¤           "       "       " de Septembre (avant le "18ème dimanche après la Pentecôte) .

Faute de frappe ? Non , Avent , car il s'agit de "l'évènement" du latin "adventus "....c'est vrai que ce fut une immense "aventure "!
Accès de culturite aigüe ?
Non , rassurez-vous , mais ça nous turlupinait depuis longtemps , de ne plus avoir aucune idée là-dessus ! Promis , on se calme
Deux dictons :
" Saint Nicolas marie les filles avec les gars ". ...mouiii ???
" Neige de Saint Nicolas donne froid pour trois mois ".
Et le "flan Nicolas " ?...
Ce flan Nicolas , c'est un monument...gastronomique .
Dans la famille D***** , fleuron de la bourgeoisie bien pensante d'une petite ville du Centre .
C'est une chose dont on parle peu .Vous savez , comme ces secrets de famille , un peu sulfureux , mais qui donnent tant de charme aux mornes après-midis des dimanches monotones .
Dans la famille D***** , le flan Nicolas , c'est le domaine réservé de la fille aînée de l'aïeule (102 ans aux prunes et la langue bien pendue...car elle  , elle n'est pas née "grande bourgeoise") .L'heureuse élue est donc la seule à réaliser le flan Nicolas .
Pas souvent , mais en suivant scrupuleusement l'un des petits cahiers manuscrits remplis depuis les cours de " maintien , gastronomie et décoration" suivis dans son jeune âge .
De toute manière , avant de le faire...il faut en parler à qui ne le connaît pas encore (une nouvelle belle-fille , par exemple , vous savez , de celles que l'on appelle les "pièces rapportées") .
On baisse la voix :-" c'est le flan du Tsar Nicolas" . Nicolas deux .
...ensuite , on laisse plâner le doute d'un romantisme échevelé sur le parcours qu'aurait suivi la recette de cette auguste gourmandise...pour arriver dans la famille . Une confidence d'alcove ? (  ...la notion de péché de chair semble se rendre à la nécessité dans ce cas : que peut-on refuser à un Tsar reçu triomphalement en France en 1896 ??? )....bref , on reste discret .
Arrive enfin le moment de le déguster .
Dans un saladier d'argent il trône au centre de la table , couleur
un peu mauve , tremblotant , s'écroulant sur lui même petit à petit .
Le goût ?...plus que discret ( "1 cuiller rase de cacao , pas plus")...bref , une chose insipide , sucrée et molle , faisant regretter une obéissance aussi imperturbable à     "la " recette .
Après tout , le flan aux oeufs nature , ou à la vanille ...voire au chocolat ( quand on en met assez !) ..c'est très bon , d'habitude  .Le seul qui ne sera plus invité à en manger c'est" l'Oncle Jean" (tête brûlée !)...qui a dit "c'est de la fesse de nonne" la dernière fois  (c'est Julien , 13 ans , qui a recueilli -et largement diffusé - le propos ).
  
retour à l'INDEX
écrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com