Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

Sur la Page Tendresse il y a du soleil , il y a des nuages aussi , mais le soleil n'est jamais loin .
Pour l'enrichir : un mail de 2 ou 3 lignes suffit .
Noms d'oiseaux
Très mignons , n'est-ce pas , la plupart des oiseaux qui volètent sur nos 3 pages précédentes ?
Eh bien , souvenez-vous , il en a
( métaphoriquement ) beaucoup voleté aussi à la Chambre des Députés ( par exemple ) , au moins au cours de la IVème République ( 1946-1958 ) .
On se traitait de tous les noms dès que l'on n'était pas d'accord .
Celà s'appelait
se donner - se lancer - ou se dire - des "noms d'oiseaux " peut-être par simili-tude avec la botanique "l'art d'insulter les plantes en latin" selon Alphonse Karr au XIX° s.?

En fait , ce n'était pas souvent le nom d'un oiseau avec lequel on pourfendait l'adversaire : n'im-porte quelle insulte imagée fai-sait l'affaire : - Monsieur , vous êtes un ...ceci ! " - Et vous en êtes un autre , Monsieur !" ...
On avait du vocabulaire et de bonnes ( ? ) manières ! Ah mais!
Mais il n'y a pas de fumée sans feu , et il faut bien rappeler quel-ques vérités , douloureuses ou non , à propos de certains oiseaux .
Nous allons faire çà au hasard , selon la "logique approximative" qui nous va si bien , en s'amusant quand même un peu ...comme à "pigeon-vole" .

( il ne vous a pas échappé que cette tourterelle n'est pas un pigeon ! )

Pauvre pigeon : c'est celui qui se fait "pigeonner"( c'est français), dépouiller , plumer , et ce , depuis le XVI°siècle .
A l'origine c'était la hupe- origine du mot "duper"- que l'on plumait , mais le pigeon étant bien plus courant que la hupe , le pigeon est monté en grade et l'expression ne concerne plus que lui de nos jours .
Il s'est fait pigeonner , quoi .
A force de roucouler bêtement aussi , il est l'objet de multiples campagnes d'éradication massive ...auxquelles échappe tendre-ment la tourterelle d'à côté .

Le sale moineau !   
Celui-ci n'est ni sale , ni moineau .
Le plus souvent c'est un petit coquin que l'on aime bien et auquel on pardonne quelques tours plus ou moins pendables

".../...le moineau, gai bandit .../..." sourit notre cher Victor ( Hugo ).
 
Et
Georges Victor Marcel Moinaux ?.. Il vous a sûrement bien fait rire , ce "sale moineau" au nom prédestiné : c'est ... c'est... ...Courteline , qui s'était promis de "dépeindre les moeurs en riant ".

L'aigle : ennemi de tout opticien à cause de son oeil perçant ( en fait il en a deux ! ) il est néan-moins un individu un peu trouble.
C'est "une tête" ( parfois il en a deux ! ), un leader , un écraseur , bref un gagnant impitoyable.
Il a accèdé au trône Impérial dans de multiples pays ( avec l'abeille pour notre cher Napo !).
.
   Si bien que dire de quelqu'un qu'il n'est pas un aigle ...n'est pas flatteur . Du tout .

  A propos d'aigle , voici un poème
                               "Les rimes riches

L'homme insulté‚ qui se retient
Est, à coup sûr, doux et patient.
Par contre, l'homme à l'humeur aigre
Gifle celui qui le dénigre.
Moi, je n'agis qu'à bon escient :
Mais, gare aux fâcheux qui me scient !
Qu'ils soient de Château-l'Abbaye
Ou nés à Saint-Germain-en-Laye,
Je les rejoins d'où qu'ils émanent,
Car mon courroux est permanent.

d'Alphonse Allais
à l'oeil "
Lui , était un aigle (rieur) !
 


Ces gens qui se croient des Shakespeares
Ou rois des îles Baléares !
Qui, tels des condors, se soulèvent !
Mieux vaut le moindre engoulevent.
Par le diable, sans être un aigle,
Je vois clair et ne suis pas bigle.
Fi des idiots qui balbutient !
Gloire au savant qui m'entretient

Passons au cas douloureux de
l
' alouette .
Tout a commencé avec César
(Jules ) qui a baptisé ainsi une de ses légions ( de gaulois vaincus ). Vous parlez comment ça fait sérieux , un casque surmonté d'une alouette !!

Tout pour vous saper le moral , oui .Ah, fourbe Jules ! Ecraseur !
Ensuite , embellie gastronomique pour l'alouette mais sa raréfaction en fait un rêve inaccessible :"il ne faut pas attendre qu'elle vous tombe toute rôtie dans la bouche" , chacun a appris çà : pauvre France ! Pauvre alouette !
Au XXème siècle cependant une nouvelle recette a été mise sur le marché : du pâté d'alouette dans des proportions inédites et écono-miques ( 1 cheval + 1 alouette )...mais l'étude de marché avait né-gligé le goût français : ça n'a pas marché .
Après cet échec , un triomphe musical international mais assez décoiffant : "Alouette , gentille alouette , je te plumerai ..." écoutez

Pourtant elle fait souvent tout ce qu'elle peut pour être utile à son prochain : elle a averti Roméo que le jour se levait ; si Juliette ne l'avait pas contredite , ils s'en tiraient tous les deux . Ah , lala , quand le sort s'acharne .....
Ecoutez -les , Roméo c'est notre chouchou : Rolando Villazon !
clic
Tout celà n'est pas très réjouis-sant , d'autant plus qu'elle est hypnotisée par tout ce qui brille : écoutez Méphisto qui fait scintiller un diamant "miroir où se prend l'alouette" (dans les Contes d' Hoffmann  . Sublime .)
On ne la traite pas de bécasse , mais ça ne vaut pas mieux . Navrant .
Et pourtant , beaucoup de poètes ont célébré son chant et son vol ,
Elle , elle n'a cure du qu'en-dira-t-on, elle continue , elle chante, vole  ...c'est une sage .

©

Dans la basse-cour :
C'est une réserve inépuisable de "noms d'oiseaux" affligeants.
Nous avons abondamment parlé
* des
poules : on attend toujours, sans illusions , qu'elles aient des dents...
* et des
canards :
-- le canard boiteux : ( ils le sont tous !) prête innocemment le flanc aux impitoyables ; il devrait faire attention , un jour ils lui mange-ront le foie et les magrets .
-- quant à sa 3ème patte
 que tout-le-monde voudrait casser , elle mériterait qu'il publie un démenti bien senti . A notre avis .

Et l'oie  ? Elle ne trouve grâce que dans les jeux des tout-petits . Parce qu'ils sont innocents .
Blanche , bête , grasse ( alors que c'est une qualité appréciée chez la petite
caille bien dodue ) on ne lui pardonne rien . Même pas la cou-leur de ses déjections : "caca d'oie" ...pas vraiment "classe" !
Il n'y a que notre chère Lulu qui fasse son éloge  ( culinaire ) avec la recette de l'oie à l'instar de Visée .
La pauvre .

On vous passe le "petit coq dressé sur ses ergots" tous n'ayant pas la majestueuse démarche de ceux vus par Lulu .
La poule quant à elle ne donnant plus guère lieu à des allusions malsonnantes de nos jours .
La dinde et le dindon , par contre , ne décollent pas dans la suppo-sée évaluation du QI . Ça confine  au racisme bête et méchant .
Et ce pauvre paon ? Il a beau "faire la roue" et être alors très beau , la plupart des gens ne rêvent qu'à lui plumer le croupion pour se parer de ses plumes . Et lui , pendant ce temps -là , lance son cri  au chevalier ."d'Êééon " !!
Le serin reste l'emblême de la bê-tise  et la pie n'arrête pas ! On la croirait en campagne électorale permanente ... mais elle lasse .
Quant à l'orfraie ... elle crie , elle crie ....
Dans les bois
voisins , il y a ce pauvre rossignol : adulé pour son chant mélodieux tant qu'il est jeune , le voilà complètement dénigré quand les ans sont venus. On l'injurie carrément : il est "in-vendable", démodé . On le traite de "vieux" , c'est tout dire .
Un autre oiseau vieillit mal lui aussi : c'est le coucou . Déjà qu'il est réputé être maigre ( serait-il anorexique ? ). Vous allez voir .
Le coucou
Ah que voilà un drôle d'oiseau !
Un vrai caméléon :

*** tout mignon quand le petit enfant imite son chant à la grande joie de la famille ;  écoutez plutôt  "dans la forêt... "ça déraille bien un peu , mais ....
*** il est aussi  "bancable"  (moné-tairement intéressant) parce que , si l'on a le porte-feuille bien garni lors de son premier chant de l'année et qu'on lui répond "Cou-cou" ...on aura "des sous" toute l' année , C'est garanti .
Encore qu'avec "la Crise" ....
*** mais il est aussi un redoutable délateur pour avertir  les infortu-nés trompés par leur conjoint .
Oh ! C'est pas beau.
Dans ce cas , les Bressans avaient autrefois un anti-dote efficace : lui répondre immédiate-ment  "Tu mens !"  et tout était démenti .

***et voici le pire aspect (mérité )de cette triste personnalité : le coucou est l'image de l'usurpateur et du profiteur sans scrupule .
Pas bien beau , c'est le moins que l'on puisse dire . Voici les faits >>>

Monsieur et Madame Coucou s'aiment d'amour tendre . En guise de voyage de noces , ils se mettent à explorer les bois alen-tour à la recherche d'un nid "sym-pa".C'est le nid d'un autre oiseau?
Pas de problème , Madame va attendre que la légitime proprié-
taire ait pondu ses oeufs en toute innocence ; à peine va-t-elle se dégourdir un peu les ailes que Mme Coucou arrive , et balance un des oeufs par-dessus le nid pour faire de la place à son oeuf
( unique le plus souvent ) et s'éloi-gne d'un air de sainte-Nitouche .

La propriétaire , de retour , n'y voit que du feu et couve avec soin .
Mme Coucou se la coule douce en jetant de temps à autre un coup d'oeil à son oeuf .
Cher petit , il sort de sa coquille .!
Hélas , l'hérédité est là : comme il est plus gros que ses petits frères de nid , eh bien , il fait "comme Maman" il en balance 1 ou 2 par-dessus bord pour avoir ses aises!
Des profiteurs comme çà , on en rencontre dans la vie : voleurs , arnaqueurs , copieurs , plagiaires , tout leur est bon . Sympathiques quand ils chantent . Mais après...

 La vie est comme elle est . Pas besoin de pousser des cris d'orfraie .
Pour ne pas en venir aux noms d'oiseaux et y laisser des plumes , ouvrons souvent notre oeil ... d'aigle intérieur. Il existe .