Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

La Page Tendresse n'a pas de complexe: elle est bleue , rose , grise , ensoleillée ... aux couleurs de la vraie vie . Votre météo personnelle y trouvera toujours son compte , vous verrez .
si vous voulez l'enrichir , il suffit d'un petit mail de 2 ou 3 lignes ( pas plus
SVP ! )

 

         les petits secrets de la
 

Que de  poètes , page précédente !
Très classique , leur pervenche .Très ...botanique .
Mais ... il y a une vision plus subtile de cette petite fleur , une vision presque symbolique , voire carrément magique .

La pervenche ?... Les yeux du ciel !

comme dans ce Noël Alsacien : On n'a vu personne
Monter au clocher
Mais la cloche sonne
Pour le nouveau né
L'oiseau sur la branche
S'est mis à chanter
L'oeil de la pervenche
S'en est éveillé .

ou , pour Théophile GAUTIER :

Comme autrefois, la pervenche,
Sur le velours vert des prés
Par le printemps diaprés,
Aux baisers du soleil penche
À moitié rempli de miel
Son calice bleu de ciel .

Théodore BOTREL aussi parle du ciel : Grand'maman Fanchon :
 Ses bons yeux couleur pervenche
Ont un clair regard, si profond
Que lorsque vers eux on se penche
On croit voir son cœur...
tout au fond

Et Jean FERRAT donne à l'amour sa couleur pervenche d'éternité  à l'été de le Saint Martin :

Quand le ciel était incertain
Nous faisions feu de quatre planches
L'amour demeurait bleu pervenche
A l'été de la Saint-Martin

Tout celà vous a un petit air de passion mystérieuse que la couleur "céleste" ne demandait qu'à renforcer : la pervenche fut longtemps une plante sacrée .

Voici "la Vierge à la Pervenche" :
 

Il faut vraiment bien regarder , mais la pervenche y est : toute petite , toute frêle , dans la main gauche de l'Enfant Jésus ( on a longtemps cru que c'était un myosotis mais une restauration récente du tableau de la Renaissance a levé le doute ).
La couleur pervenche fut longtemps une constante pour la Vierge ou les Anges .
 


Symbolisme mélancolique et céleste , encore , pour Giovanni Pascoli , très grand poète italien, qui
cueillait la pervenche près d'un vieux couvent ,et croyait voir à travers les arches errer un vieux capucin à  la barbe blanche et au regard bleu vide et infini  ; il lui semblait alors voir les yeux du ciel , au regard fixe d'anachorète ,tandis que des bosquets s'élevait au souffle du vent une confuse psalmodie et que du couvent montait l'Ave Maria ......

Aussi ne faut-il pas s'étonner que dans le "langage des fleurs" la pervenche ait un petit air ésotérique et mélancolique .
MAIS  elle est bien plus !
Ne soyons pas réducteurs , ni à propos de la pervenche , ni dans la vie tout court , cette bonne vieille vie quotidienne qu'il faut accueillir chaque jour ... par définition !
Remuons-nous ! De l'action !
...encore que , comme disait GB SHAW : "Quand on fait quelque chose on a contre soi ceux qui voulaient le faire à votre place , ceux qui voulaient faire le contraire , et ceux qui voulaient qu'on ne fasse rien du tout "...

Autre aspect de la pettie fleur bleue ( mais , est-elle si "fleur-bleue" que l'on pourrait se l'imaginer ?? ) :
La pervenche ? Elle sait tout faire !
Elle sait choisir sa couleur : il en existe des bleues ( pervenche ou pas ) , des roses , des presque blanches ....
 
Elle évoque la vie tout comme la mort , selon les pays et les époques ( elle apparaît aussi bien sur le front des jeunes défuntes que sur celui des jeunes épousées , et sa phénoménale faculté de se reproduire en colonisant le sol alentour en fait un présage de longévité)
 
Toxique , elle est aussi à l'origine de puissants médicaments pour la circulation sanguine ou en cancérologie ! Rien que çà !

Sacrée , elle est aussi "fleur des sorciers" ( philtres d'amour , talismans protecteurs , etc....)
 
Son nom ( pervinca ) à lui seul évoque toutes ses possibilités : il viendrait de deux mots latins pesque identiques : s'attacher ( elle se répand un peu partout ) et vaincre ( elle est très robuste ). Beau programme , non pour une petite fleur qui a l'air toute innocente et fragile ?
Dans la vie  aussi  on  en  ren-contre ! Prudence !

Et puis , rions un peu :
 
NB : les "pervenches" ont succédé aux "aubergines" en 1978 ...que de souvenirs !!

©

-- Monsieur , êtes-vous poète ?
-  Moi , Monsieur , que non pas  , mais je suis militaire !
-- Alors je vous interdis  d'en prononcer seulement le nom .
   Les pervenches sont les yeux du ciel venus se reposer un peu ;
   elles s'envoleraient aussitôt au son mauvais de votre voix .
   Seuls les oiseaux et les poètes peuvent en parler  entre eux .
 
 
                                                                                                 ( F.Petitgirard . Mon jardin )

Enfin , puisque nous sommes là pour vous changer un peu les idées , nous vous citerons encore ce très cher Victor .(comme disait Luciano ) ... Hugo .
Vous avez remarqué que nous l'aimons beaucoup et le citons souvent , eh bien , aujourd'hui , c'est un petit poème de jeunesse qui nous retient et nous charme
( surtout quand on se souvient de ses exploits amoureux ultérieurs)

Or, nous cueillions ensemble
la pervenche.

Je soupirais, je crois qu'elle rêvait.
Ma joue à peine avait un blond duvet.
Elle avait mis son jupon du dimanche ;
Je le baissais chaque fois
qu'une branche
Le relevait.

 

Et nous cueillions ensemble
la pervenche.

Le diable est fin,
mais nous sommes bien sots.
Elle s'assit sous
de charmants berceaux
Près d'un ruisseau
qui dans l'herbe s'épanche ;
Et vous chantiez dans votre
aîté franche,
Petits oiseaux

Et nous cueillions ensemble la pervenche.

Le paradis pourtant m'était échu.
En ce moment,
un bouc au pied fourchu
Passe et me dit : Penche-toi.
Je me penche.
Anges du ciel ! je vis sa gorge blanche
Sous son fichu !

 

Et nous cueillions ensemble
la pervenche.

J'étais bien jeune
et j'avais peur d'oser.
Elle me dit : Viens donc te reposer
Sous mon ombrelle,
et me donna du manche
Un petit coup, et je pris ma revanche
Par un baiser.

Et nous cueillions ensemble la pervenche

Toute la vie d'un coeur .
Victor Hugo
1819