Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* autre Ex Voto de remerciement

Sur la Page Tendresse vous trouverez ce qui a aidé les autres dans certains tournants difficiles de leur vie .
Si vous avez de l'espoir à partager , juste un petit mail de 2 ou 3 lignes .

 

l' histoire de la jolie Pervenche

Voici l'histoire d'une jolie petite  Pervenche qui a chanté la vie ,
et puis s'est fanée .... mais reste , comme on disait déjà alors ,
"l'inoubliable inoubliée " .
 

Il s'agit de Fréhel , l'inoubliable chanteuse Fréhel .

Quel talent .
Quel destin .

Quelle femme extraordinaire !

Elle est née à Paris , le 14 juillet 1891 ( çà , c'est républicain ! ).
Ses parents , eux , étaient d' origine bretonne et de condition modeste ( concierges ).
Elle fut donc une "enfant de la rue" comme on disait .
Et c'est vrai car elle accompagnait souvent un vieux chanteur des rues , se mettant à chanter avec lui , apprenant son répertoire .
A l'époque , les chanteurs étaient nombreux dans les rues , véhicu-lant la chanson populaire .

    Elle était pauvre et se donna beaucoup de mal pour s'en sortir .
A l'occasion d'un des petits emplois qu'elle occupa courageusement , elle rencontra la Belle Otero , brillantissime "demi-mondaine" de la Belle-Epoque qui , elle aussi , était  sortie de la misère .

 

Reine du music-hall , la Belle-Otero écouta cette petite chanteuse des rues et sut reconnaître son talent .
- il te faut un autre nom , lui dit-elle ( elle s' appelait Marguerite Boulc'h ).  Tu devrais t'appeler Pervenche , ça t'irait bien ."
Pourquoi pas ? C'est original et va bien avec son répertoire .
Voilà donc la naissance d'une nouvelle star du music-hall !
Pervenche se produit avec grand
succès sur différentes scènes .
Elle est jeune , elle est belle . Elle a du talent . Elle a du courage .
Regardez !   >>>>>>>>>>>>>>>>

Voici "Pervenche"
en 1908 .

C'est le temps du bonheur .
La misère s'éloigne , le succès est là , et pour longtemps semble-t-il .
 Elle va même se marier avec un comédien qui est aussi son professeur de chant  .
Un enfant naît , mais "le mauvais sort" revient en force : le petit meurt  , la brisant pour toujours intérieurement , alors qu'elle n'a pas 20 ans .
Son mari n'hésite pas : il l'aban-donne alors pour Damia , autre grande chanteuse de l'époque !

Il y a là de quoi sombrer , non ?
Elle lutte contre le malheur .

Heureusement , elle a toujours beaucoup de succès parce qu'elle a beaucoup de talent .

Maintenant ( est-ce parce que c'est un tournant - peut-être inconscient - de sa vie ? ) on l'appelle
Fréhel  ( comme le Cap Fréhel ) pour rappeler la Bretagne d'où est venue sa famille .
Fréhel chante , et chante ....
Elle croira un moment retrouver le bonheur dans les bras d'un autre artiste de grand succès : Maurice Chevalier ... mais lui aussi va l'abandonner . Bravo Messieurs !
C'est trop .
Cette fois , elle sombre et tente même de se donner la mort . Pauvre , pauvre , pauvre jeune femme qui chante les amours et les peines des gens ...
Et puis elle se remet à lutter .
A sa manière .
Elle part en 1911 , chanter un peu partout dans les pays de l'Est .
Elle a 20 ans .
Elle sombre toujours , alcool , drogue , .... mais elle chante .
Celà va durer jusqu'en 1923 .
Elle revient à Paris .
Elle est méconnaissable .
Mais son talent a encore grandi :
Le malheur , elle l'a bu jusqu'à la lie , alors vous imaginez avec quelle force elle le chante , elle  l'insulte , le combat .

©

Elle est parfaitement consciente de sa transformation : vieillie , fanée , empâtée , il ne reste que sa voix , mais elle fait frissonner et sangloter les foules .
Elle remplit les salles de spectacle et se présente  à l'Olympia en 1924, lorsqu'elle revient à Paris , comme
"l'inoubliable inoubliée " ...et c'est bien vrai .Le succès est là et ne va pas la quitter .
Ecoutez "
Comme un moineau" , de 1931.
Connaissez-vous la "
Chanson tendre " de Francis Carco ? clic

Ces deux chansons , c'est elle !

Elle assume son aspect parce que son talent est là et qu'il est sa vie .
Elle est prête pour le cinéma parce qu'elle n'est plus rien d'autre que du talent à l'état pur .
Allez voir cet extrait de "
Pépé le Moko"  ( 1936) c'est inoubliable .
 

Les chansons et  les films se succèdent , toujours avec le même succès , toujours plus
ou moins marqués par les épreuves endurées et vécues
par "les pauvres gens" .
Elle incarnait toutes les douleurs , tous les courages , tous les combats de ceux qui essaient d'échapper aux cruautés de leur destin .
Elle avait tout souffert , tout combattu , et n'avait "
plus peur de la vie ni de la mort ".
C'est souvent ce qui se passe lorsque l'on survit à certains drames .
Elle avait probablement réalisé . qu'ainsi elle gagnait la bataille pour tous les autres , ceux qui l'écoutaient en pleurant puis explosaient en applaudisse-ments frénétiques .
Son talent l'avait fait se dépasser et dépasser la réalité ; on la disait "chanteuse réaliste ".
Malheureusement , trop seule dans sa vie personnelle , elle avait continué l'alcool et la drogue et c'est seule qu'elle mourut , en 1951 , dans un petit hôtel borgne de Pigalle .
 Une foule immense se réunit et  l'accompagna au cimetière ...

C'est donc , rapidement brossée ( vous trouverez de magnifiques biographhies sur Internet ), la vie tragique d'une femme d'exception qui a continué à "être" pour tout donner aux autres .

Pour elle aussi , on voudrait pouvoir ré-écrire l'histoire ( comme l'a fait Fabrizio de Andre pour la petite Marinella : voir notre page 435 )... mais personne n'a ré-écrit son histoire .
Celà peut sembler étrange mais nous avons un réel sentiment d'admiration pour Madame Fréhel  ( et pas seulement parce que nous connaissons ses chansons  depuis l'enfance ) .
Cette admiration concerne encore plus la femme que son talent .
Et pourtant ...
Mais la vie est faite de beaucoup de drames et ceux qu'ils accablent abandonnent souvent , physiquement ou moralement , et on peut le comprendre .
Alors , comment admirer  sincèrement une femme qui a sombré dans l'alcool et dans la drogue ?..... Pourquoi ?....

Pourquoi ?
Parce qu'elle a lutté , continué malgré tout  ...consciente de sa propre déchéance progressive  ,
sans jamais nuire à person-ne , sans "se venger de la vie ".

Parce que "l'on ne doit pas juger l'autre sans avoir marché 15 jours dans ses mocassins " , disait le vieux chef Indien ( p 42 ).

Et surtout parce que chacun- s'il ne fait aucun mal aux autres - a sa place dans la vie , même si cette place étonne les autres .



Voilà , Madame Fréhel ,
ce bouquet ( avec des pervenches ) est pour vous .

Chaque fleur y a sa place .