Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

nouveau : dire Merci à
saint Antoine de Padoue

* autre Ex Voto de remerciement

La Page Tendresse n'est pas faite de magnifiques sonnets , mais de tout l'espoir et la compréhension dont nous pouvons avoir besoin les uns et les autres un jour de pluie .
Quand le soleil luit il est facile de l'enrichir pour les autres : un petit mail de 2 ou 3 lignes .
Pétrarque

Pétrarque ?  Qui ?
Petrarca
, bien sûr !


Mais qu'est-ce qui nous prend de vous entraîner à la découverte de cet immense bonhomme ?
C'est la faute ... de Lulu , évidem-ment (
" Et allez donc !" pouffe-t-elle ). C'est vrai ça , aussi .
A propos de Portogruaro
elle a dit que sa région était tellement "inspirante" qu'il ne fallait pas s'étonner qu'elle ait tellement plu au grand Pétrarque , alors ....

Nous allons être très simples : nous , Pétrarque , ça ne nous disait pas grand'chose .
Une vague image moyennâgeuse  poétique mais austère .
Cicéron , Virgile ,Tite-Live , étaient ses auteurs favoris , mais il fut très novateur en ce domaine ,il les "traduisit" en prose , en vers ...mais surtout en une nouvelle langue qui prenait ses distances avec le latin écclesiastique dont l 'archaïsme et la raideur n'étaient pas franchement favorables à la vraie poésie .
Né en 1304 en Toscane , les luttes politico-religieuses entre guelfes blancs ( favorables au Pape ) et guelfes noirs ( pro-empereur ) lui firent connaître de nombreuses villes italiennes , mais aussi fran-çaises ( Carpentras , Avignon... ).
Il vécut aussi 15 ans à Fontaine-de-Vaucluse et passa ses dernières années ( il mourut à
70 ans , belle longévité pour l'époque ) dans une petite ville proche de Portogruaro  , qui accolla son nom au sien , et que nous vous présentons page 540.
Son oeuvre est immense :
*il a tout traduit .... en vers , en prose ...
*tout commenté , expliqué , ressenti , dépoussiéré : les classiques , Aristote , St Augustin
* tout transmis : une culture encyclopédique avant la lettre ...
* une forme d'humanisme , la morale , les hommes célèbres , la vie solitaire , la vie religieuse ....
* et puis les "choses vulgaires" c'est-à-dire la vie de tous les jours avec ses émotions et ses beautés
On aborde là son chef-d'oeuvre .

Voici quelques unes de ses citations .
Celle-ci n'est pas follement gaie , vous allez voir :

-- Tel , en blâmant autrui se condamne soi-même , car qui se plaît  à jouir des perfidies qu'il accomplit ne saurait se lamenter
s'il se voyait à son tour trompé par son semblable ."
Pas faux , mais attention aux doigts !

" Les livres nous charment jusqu'à la moëlle , nous parlent , nous donnent des conseils et sont unis à nous par une sorte de familiarité vivante et harmo-nieuse ."
Voilà le vrai bonheur intime de l'homme qui a connu , aimé et révélé les mots . Splendide .
C'est à peu près la première fois qu'on le sent heureux , ce papivore .
Et puis , il y a la mort .
Dans ce domaine-là aussi il donne un petit coup de plumeau à la conception "officielle" qu'impo-sait l'Eglise :
"La vie , hélas , s'enfuit et ne s'arrête guère ,
Et la mort va bientôt devant nous à grands pas .
Tout ce qui est , qui fut , et tout ce qui sera
Font à coeur troublé une éternelle guerre ."

Il n'est tout-de-même pas vraiment primesautier , cet homme-là :
" La mort est la fin d'une prison obscure pour les nobles âmes ; c'est un malaise pour les autres qui ont placé dans la fange toute leur sollicitude ."

MAIS ... il s'est fait pincer par le petit dieu Eros ! tra-la-la !
Et alors là !.... il s'est déchaîné .
Poétiquement au moins .


 
Ce touche-à-tout de génie écrivit des milliers de poèmes , réunis sous le terme de "Canzoniere" ( le Livre de Chansons ) . Pourquoi ?

Pourquoi ??
Eh bien essentiellement parce qu'il  composa
ce Canzoniere tout au long de sa vie , ou presque .
Comment çà ?
Parce qu'
il fit une rencontre .
A 23 ans .
Et que cette rencontre occupa TOUTE sa vie .
On cite toujours Dante et Béatrice eh bien il y a ( ou il y eut ) aussi
Pétrarque et LAURE .
 Ouf .

Mettons cependant les choses au point tout-de-suite : ce n'est pas vraiment un roman rose et leste . Ils se sont rencontrés à l'église Ste Claire d'Avignon , le Vendredi Saint 1327 . Coup de foudre , paraît-il .
 

©

Plongeons dans cette passion .
Musset a tout compris et dit :

 
Il aimait en poète et chantait en amant
De la langue des dieux lui seul sut faire usage.
Lui seul eut le secret de saisir au passage
Les battements du coeur qui durent un moment,
Et, riche d'un sourire, il en gravait l'image
Du bout d'un stylet d'or sur un pur diamant
Si l'on comprend bien , Pétrarque ne fut pas avare de paroles ....
"Paroles , paroles , paroles ...." ?  Dalida chantait çà ! ( Nous allons nous faire huer ! )Et puis on n'a pas le temps de tout faire , courti-ser sa Dame et écrire des milliers de pages . Les journées n'ont que 24 heures après tout .



Remarquez tout-de-même qu'il a su trouver de bien jolis mots :

"De longs cheveux brillant à rendre l'or jaloux ...."
...évidemment , quand on a du vocabulaire , ça aide .
Et puis "ça ne mange pas de pain ! dit "notre Bon Docteur", pragmatique .

Jamais contente des traductions qu'elle rencontre , Lulu ( notre
Lulu ! ) s'est attelée à celle d'un charmant sonnet du poète :
 

Béni soit le jour , et le mois , et  l’année
Et la saison , et le temps , et l’heure , et l’instant ,
Et le beau pays , et le lieu où je fus attrapé
Par deux beaux yeux qui m’ont ligoté .

Et béni soit le premier doux suffoquement ,
Que je ressentis à être maintenant lié à l’Amour .
Et l’arc , et les flèches dont je fus transpercé ,
Et les plaies qui enfin me vont jusques au cœur .

Bénis soient les mots si nombreux que j’ai semés ,
Proclamant le nom de ma Dame ,
Et les soupirs , et les larmes , et le désir :

Et bénis soient tous les écrits
Par lesquels je l’ai rendue célèbre , et ma pensée
Qui n’est que pour elle , parce qu’aucune autre n’y a de place.

©unmomentdecalme.com

On vous présente les tourtereaux
 et  

Hum .Mais enfin , quand on aime !
Enfin voilà , c'était bien parti .
Et puis , voilà que Laure défuncte. De la peste ? En 1348 , soit après 21 ans de frénésie poétique .
Il a 44 ans et va continuer à s'épancher jusqu'à sa mort .
Quelques très mauvaises langues ont suggéré qu'après tout ça lui redonnait du temps libre pour d'autres ouvrages . Oh !!

Parce qu'en effet cet amour impé-rissable autant qu'inendigable , ça a fini par faire jaser ...et on s'est mis à raconter un tas de choses , toutes plus époustouflantes les unes que les autres . Pour commencer , Laure était mariée !
( mais à un autre ).
Ce qui éclaire un peu leur relation
éternelle mais immuable .
( Elle aurait été la belle-mère du Marquis de Sade ! Impossible ! )
Et ce n'est pas tout . Hélas .... >>>

La sublime Laure aurait eu ONZE enfants ( et en serait morte ).
 
Vous imaginez un peu ???
Mais il y a pire .
Laure n'aurait jamais existé .
Elle n'aurait été que la construc-tion de l'esprit fertile de Pétrarque. Avouons que nous ne savons rien de sa vie privée ( et "ça ne nous regarde pas" comme disait le sympathique Thierry Roland ) mais il faut reconnaître que cette hypothèse n'est pas incompatible avec la production littéraire hors norme de ce  poète-philosophe et -penseur extraordinaire .
La cerise sur le gâteau serait que        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

C'est après les lauriers dont on couronnait à l'époque le plus grand des poètes , que courait l'énigmatique Pétrarque !
Avec esprit il aurait même utilisé le mot "laurier" pour baptiser sa Laure qui allait être l'inépuisable sujet de son Livre des Chansons .
C'est couronné de lauriers qu'il se voulait !

    "Croyez-vous que si Laure avait été mariée à Pétrarque , celui-ci aurait écrit des sonnets toute sa vie ? "   ( Lord Byron )