Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

nouveau : dire Merci à
saint Antoine de Padoue

* autre Ex Voto de remerciement

La Page Tendresse c'est un jardin un peu fou où poussent un tas de petites fleurs toutes simples et naturelles qui vous apporteront juste le petit plus de courage , d'espoir , de paix dont vous avez besoin avant de reprendre votre chemin le sourire au coeur .
Un petit mail ( 2 ou 3 lignes ) l'enrichit .
Où les trouve-t-on ces Colli Euganei ? Toujours au cours du même voyage dans lequel elle a si adroitement esquivé Venise et découvert Portogruaro !
Il paraît qu'ils apparaissent d'un seul coup , sur l'immense plaine du Pô ,qui surplombe la région de Venise , bien avant les Alpes du Nord-Est .
Ils ne sont pas très élevés ( 5 à 600 mètres tout au plus ) mais se font remarquer d'un seul coup : des meringues sur une assiette !


on ne peut les ignorer .

Leurs pentes sont raides !
Ils seraient d'origine volcanique et sont surtout connus par leurs innombrables sources thermales qui sont à l'origine de stations thermales réputées : Abano par exemple , Montegrotto Terme , Battaglia Terme , célèbres pour leurs eaux et boues...
Ces sources sont connues depuis l'Antiquité et dans le monde entier : rhumatisants , "douloureux chroniques" , arthrosiques , porteurs de prothèses orthopédiques viennent tenter d'y noyer leurs douleurs . Les insuffisants respiratoires viennent y chercher du souffle , tandis que certaines dames un peu grassouillettes , voire obèses , espèrent y fondre un peu ....
Dans la plaine il y a aussi beaucoup de vignes donnant d'excellents vins , non trafiqués , qui vont bien avec les olives qui murissent tout près . C'est une "campagne" saine et vivace .

On n'est pas loin de Padoue et il y a encore de belles villas , sur le modèle de celles de Palladio ,  de vieux bourgs et des châteaux  
:
 

Les tours des châteaux sont d'excellents points d'observation de toute la plaine ( et il faut se méfier , après tout , parce que les invasions venues du Nord  ou de l'Est ont secoué la région plus d'une fois au cours des siècles ).
A ce propos , le nom de ces Colli Euganei dérive directement du peuple des Euganei qui occupaient la Vénétie bien avant que les Doges en fassent la puissante Sérénissime .
Sic transit gloria mundi ....

Les archéologues sont donc à la fête dans cette jolie région . C'est fou ce que le sol , déjà prodigue de ses eaux et de ses boues , de ses fruits et de ses arbres , peut raconter de l'histoire des siècles passés .
" Les lieux habités par l'Histoire sont bavards mais heureusement vocalement muets ."
C'est le chant des oiseaux et des cours d'eau que l'on entend ici ...mais les oreilles de l'âme ne peuvent y rester sourdes .
La région est pleine de surprises :entre les remparts de la ville d'Este , existant 9 siècles avant notre ère , et les arbres multi-centenaires , on trouve aussi les vestiges d'un très important  port fluvial ( menant à Venise bien entendu ) , des monastères et des abbayes , comme l'abbaye de Praglia ( surtout , ne ratez pas ce lien , c'est une splendeur )  remontant à l'An Mil environ , toujours en activité , avec une bibliothèque de dizaines de milliers de volumes paraît-il ;
des cloîtres et des jardins ....


 
Le sous-sol généreux recèle aussi  la trachyte , roche grise exceptionnelle avec laquelle fut réalisée le sol de la place St Marc , alternée avec du marbre blanc .

Et puis il y a les cerises des colli Euganei : célèbres dans tout le pays ! Regardez -çà !
Muries sur l'arbre , en marmelade , en confiture , en marasquin , elles sont les vedettes du lieu .

Des légendes remontant au Moyen-Âge leur attribuent des bons ou des mauvais génies , avec des faits bien mystérieux
( et terrifiants parfois ) à leur
sujet .
      
                             

Dans cette étonnante petite région des Colli Euganei l'oeno-gastronomie est brillante , simple , respectueuse des traditions antiques : des soupes riches ( et aux haricots souvent ! ) , de la farine de maïs en gâteaux , en pain , etc....  Un pain étrange , le schizzotto , sans levain , a été , au fil des siècles , enrichi de graisse d'oie , de beurre ou d'eau-de-vie .
Enfin , le jujube , bien oublié chez nous , est encore à l'honneur pour ses propriétés adoucis-santes pour qui tousse .

©

Pour commencer nous allons faire plaisir à Lulu . Nous lui devons bien çà compte-tenu du nombre de photos qu'elle nous donne pour faire nos pages , ainsi que les anecdotes savoureuses qui font notre joie ( et la vôtre ? ).
Alors voilà : il vaudrait mieux conserver leur nom italien à ces monts : colli Euganei  ( prononcer :  Ehouganéhi ! )
              "Parce que c'est bien plus doux à l'oreille , eux qui sont si jolis" dit-elle ravie .

Et Pétrarque , alors ?
Puisqu'il s'agit de lui , à l'origine

.

Nous sommes en 1364 , dans les Colli Euganei , et un malheureux "galeux" ( malade de la gale ) va se faire soigner à Abano .
( La maladie était fréquente au Moyen-Âge , le grand Boccace
lui-même en a souffert longtemps ).
Notre pauvre malade présente une forme assez grave , qui le gêne pour écrire ou dans les petits gestes des doigts. On disait que les eaux et boues d'Abano la traitait . Mais les soins ne durent pas toute la journée et on a le temps de découvrir les environs ...
 

Et dans les environs , il y avait le charmant village d'Arquà .

 

Pétrarque avait , au cours de ses nombreux voyages et déménage-ments , beaucoup aimé la Toscane ( où il est né ) et il retrouva à Arquà le même charme qui l'avait séduit autrefois .
Les années avaient passé , il avait maintenant la soixantaine et ne se portait pas  bien . A plusieurs reprises il dut se confier à la débutante science médicale , parfois plus dangereuse que le mal lui-même comme chacun sait..
Il fuyait l'agitation des villes et les invitations répétées des riches familles vénitiennes et du pape lui-même .

Le petit village d'Arquà lui plut par son calme pittoresque et la richesse de ses champs et de ses bois . En plusieurs étapes , à l'occasion d'achats ou de dons divers , il habita finalement , au début de l'année 1370 , une  maison simple mais élégante , bien différente des somptueuses villas de campagne des riches vénitiens .
Il était temps ; sa santé déclinait . Tout le fatigait , même d'aller à Padova ( Padoue ) à quelques kilomètres , pour diverses missions dûes à sa notoriété .
Lui qui n'aspirait plus qu'au calme permettant la lecture , l'écriture , et la poursuite de son beau rêve amoureux avec Laure , dut faire face cependant à une nouvelle épreuve : la guerre entre Venise et Padoue
Venise  gagna , obligeant la vaincue à aller faire acte de soumission au Doge .!
Et qui fut envoyé pour accompagner le trop jeune ( 14 ans ) fils du seigneur de Padoue ? Pétrarque !
Ses dernières forces y restèrent .Revenu dans sa chère petite maison , il y ferma les yeux quelques mois plus tard .

Extraordinaire poète , écrivain , penseur , architecte de la nouvelle langue italienne , Pétrarque fut honoré par les puissants comme par les paysans de son village .
Il y repose  sur le parvis de l'église principale . Une fontaine fut rebaptisée en son honneur , elle coule toujours .
Par contre , ce n'est qu'en 1868 que le village put accoller le nom de son grand homme au sien : Arquà devint Arquà-Petrarca , par-delà les siècles qui n'ont plus d'importance ici , semble-t-il , tout étant marqué par cette personnal-ité exceptionnelle .