Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* dire Merci à St Antoine de Padoue

* autre Ex Voto de remerciement

Sur la Page Tendresse c'est tout simple ,  c'est le miracle du quotidien qui s'exprime : les petits miracles que nous accomplissons sur nous-même pour garder le cap ( et même le sourire ) . C'est beau aussi .
Si vous avez un rayon de soleil à partager avec ceux qui sont sous la pluie : juste un
petit mail de 2 ou 3 lignes .
Saint Antoine de Padoue

1
sa vie

Petite mise au point préalable :

Nous allons vous raconter "la vie et les oeuvres" de saint Antoine . Saint Antoine de Padoue .
Il ne s'agit en aucun cas de celui que la tradition populaire appelle souvent "
Saint Antoine et son cochon" , qui vécut presque 1000 ans
avant saint Antoine de Padoue et fut , lui aussi , un très grand saint . Il est connu aussi sous les vocables de "Grand St Antoine" ou de
"St Antoine l'Egyptien , ou St Antoine du désert" , ou encore "St Antoine , abbé"  ) entre autres .
Il fut l'un des premiers ermites . Au milieu du désert il fut en proie aux tentations du démon qui essaya de le corrompre de mille façons , sans succès . C'est peut-être là l'origine du petit cochon tout rose que l'on représente souvent au pied du saint ermite : c'est une bête sauvage , un terrible sanglier qui symbolisait les tentations qui assaillaient le pauvre saint , mais sa foi et sa force le domptèrent et en firent un tout mignon porcelet incapable du moindre mal , qui suivait l'ermite comme son ombre et lui tenait compagnie .
Selon d'autres sources ce petit cochon ne serait apparu qu'au Moyen Âge dans la représentation populaire et rappellerait surtout la magnifique générosité du saint et de ses disciples qui créèrent de nombreux hôpitaux et asiles pour les indigents ( et les victimes du "
feu des ardents" que St Antoine était sensé guérir ). Il fallait faire manger tous ces pauvres gens , et la viande de porc était celle qui se conservait le mieux . Les riches seigneurs et les paysans reconnaissants faisaient don d'un porcelet aux bons moines qui pouvaient alors les élever et nourrir leurs malheureux . Pour que personne ne les prenne , on  mettait une petite clochette au cou de chaque petit cochon qui était alors libre d'aller nettoyer les venelles et les bois , en s'engraissant gratuitement et salutairement pour la planète !

 
Pourquoi parler de saint Antoine de Padoue ?
Tout simplement parce que c'est la suite logique des pages précédentes qui vous ont promenés dans Padoue , la ville DU saint , qui ne prend même pas la peine de mettre son nom sur les plaques des rues tant il est évident là-bas qu'il n'y a qu'UN saint , le leur , saint Antoine de Padoue .
On rit , on rit , mais une étude précise remontant à seulement quelques années a prouvé que
saint Antoine de Padoue est le saint le plus connu au monde .
Alors ...ça valait bien quelques pages .
Et puis , avouons-le , ce saint nous a plu , autant que la ville qui renferme ses reliques .
Il en a la fougue , le courage , la capacité de faire avancer les idées , de se battre , d'innover , de "toucher à tout" sans hésitation ...
Il n'a vécu que 36 ans ( 1195-1231) Mais , comme si quelque chose en lui le savait , il a vécu à toute vitesse , à toute force , dans une folle générosité .
Il est le saint des pauvres , des enfants , des "perdus" , des opprimés , des combâts .....
Il est aussi
le "saint des miracles" qui commencèrent de son vivant et continuent toujours .

A d'autres représentations beaucoup plus artistiques , nous avons préféré cette image très populaire et simple qui le montre , tout jeune ,  avec l'Enfant Jésus tendrement appuyé sur son épaule , et le lys qui symbolise sa vie si courte et si parfaite .

Il est le saint de l'excès joyeux , comme la ville de Padoue l'est aussi , et celà est aussi touchant qu'intrigant .


Voici donc ce que nous avons retenu de la vie de
saint Antoine de Padoue .

 

©

Là , Antoine fut pleinement heureux , priant , célébrant les offices et partageant la pauvre vie des autres franciscains .
Comme toujours , il en fit trop , se noyant dans la pénitence , le jeûne , les nuits de prière , les travaux ménagers les plus humbles et difficiles . altérant progressivement sa santé ( on parlait d'hydropisie à l'époque , ce qui correspondrait probablement de nos jours à une insuffisance cardiaque très sévère ).
Personne ne connaissait l'étendue de ses connaissances , il était prêtre , c'est ce qui comptait .
En 1222 il dut aller à Forli , partici-per à l'ordination de nouveaux prêtres .
Et c'est alors que tout se révéla . Il fut obligé par l'évêque , au pied levé , de prononcer "quelques mots" , aucun autre assistant ne voulant s'en charger .
Il se révéla un prédicateur hors pair , fascinant , érudit , capable d'entrer dans les coeurs et les esprits : il était fait pour çà !
A partir de ce moment-là il n'eut plus aucun répit : toute l'Italie , la France , les humbles comme les "grands" l'entendirent .
Il était devenu , bien malgré lui ,
"la voix de Dieu" , tonnant contre les puissants , soutenant les pauvres et les opprimés , encourageant et comprenant les sincères , exhortant tous à plus de charité , de justice , de bonté .
Il devint en outre , à la demande de St François , "l'enseignant"  des frères (franciscains et autres ).


Montpellier , Limoges , Arles  , Brive-la-Gaillarde , etc.... l'Italie , du sud au nord ,  quel périple ....
On lui rajouta naturellement de lourdes charges pour la gestion de l'Ordre , la création de couvents , d'oeuvres pour les pauvres , les malades , les orphelins .
Jamais il ne refusait .
Le pape le nomma "Prédicateur Général" , il allait de ville en ville , parfois de château en château ou de village en pâturages , parlant à chacun la langue qu'il comprenait
( au propre comme au figuré ).
On le disait déjà "saint" et "docteur de l'Eglise" ....mais il se tuait ....
Et Padoue là-dedans ?

Combien il aima Padoue , avec ses excès  ( un tyran , une "pierre de la honte" , etc ....) et son caractère fervent et souvent explosif , comme lui-même savait l'être ! 
Mais il n'en fera sa résidence définitive que vers 1228 ( il mourra le 13 juin 1231 ) , priant dans la petite église dont il reste quelques fragments dans la somptueuse basilique actuelle .
Sa mort , d'épuisement , de maladie , de souffrances , survint près de Padoue alors qu'il avait passé plusieurs jours de prière dans un petit ermitage en plein bois .
On n'eut même pas le temps de le ramener dans le couvent de Padoue , et un couvent de Clarisses qu'il visitait souvent s'ouvrit pour ses derniers moments . Il mourut en chantant les hymnes à la Vierge , tandis que les cloches de Padoue se mettaient déjà à sonner , seules .

Prodige , direz-vous ?
Invention ?
Saint Antoine est le saint des miracles !
Nous venons de vous raconter sa vie sans en citer aucun , mais ils sont tellement nombreux et documentés par les plus hautes autorités que nous consacrerons plusieurs pages pour vous en narrer quelques uns .
Ça , c'est dans les pages suivantes .
 Suite >>>

Tout d'abord , il ne s'appelait pas Antoine , et ne venait pas de Padoue .
Voilà , ça commence vite et bien .
En fait , il naquit en 1195 , à Lisbonne ( Portugal ) d'une riche famille descendant de Godefroy de Bouillon . On le prénomma Fernando .
Très vif et intelligent il fit la fierté de ses parents qui voyaient déjà pour lui une carrière mondaine et aristocratique de premier plan .
Par la position de son père il eut l'occasion de fréquenter les fêtes et les jeux de l'aristocratie du moment ....mais y trouva moins d'attraits que dans l'étude ; beaucoup moins .
Pas de problème , un de ses oncles  ( chanoine ) enseignant à l'école de la cathédrale , il y fut admis aussitôt et y brilla rapidement  ( en plus c'était à côté de la maison !).
On ne se méfie jamais assez de l'eau qui dort . La famille , qui le voyait déjà évêque ( ce qui était très mondain à l'époque ) tomba de haut lorsqu'il affirma , à 15 ans , que maintenant il entrait dans l'Ordre des Agostiniens , toujours à Lisbonne .
- "Ça va lui passer , vous verrez " disait-on "il n'a que 15 ans , il ne résistera pas aux plaisirs du monde ".
Pensez-vous !
La machine était en marche ... et accélérait .
Excédé ( saintement ! ) par les visites incessantes de la famille et des amis qui venaient l'inviter à ceci ou à celà , Fernando pria
( très fermement ) le supérieur de son couvent de l'éloigner de Lisbonne , ce que celui-ci accepta. Il l'envoya à Coimbra , nettement plus loin de Lisbonne .
Fernando avait enfin la paix pour apprendre ... et apprendre encore.

Il y resta 8 ans , apprenant tout ce qui pouvait s'apprendre , étudiant avec des maîtres fascinés et enthousiastes mais restant au contact des pauvres et des malheureux que recueillait le monastère.
A 24 ans , devant ses connaissances théologiques et autres , et les dons qu'il démontrait , il fut ordonné prêtre .
Tout en travaillant ferme , il s'était bien rendu compte que dans son couvent il y avait aussi des intrigues , et des coups-bas.
Celà ne lui a pas plu du tout , vous pensez bien !
Mais que faire ? Se remettre à l'étude .( il apprit le latin , l'hébreu , l'arabe et le grec ).
En 1220 on apprit que 5 missionnaires franciscains avaient été tués au Maroc . Leurs restes arrivèrent  dans l'église voisine du couvent. Fernando voulut immédiatement suivre leur exemple , mais chez les agostiniens ce n'était pas permis . Aussi , profita-t-il du passage de quelques franciscains dans son couvent pour décider d'entrer dans l'Ordre franciscain ... ce qui lui fut accordé , finalement et il devint  Antonio en endossant la pauvre tunique de bure des franciscains.
En fait son nouveau nom était Antonio di Olivares , pour rappeler ce couvent de Coimbra où il avait tant appris et auquel il resta toujours reconnaissant . C'était le couvent di Olivares ( entouré d'oliviers ) , mais vous savez que ce nom-là aussi fut transformé par sa vie .

Devenu franciscain ( "l'ordre des plus pauvres et des plus petits" que venait de fonder St François , à Assise) vous pensez bien qu'il ne s'est pas calmé .
Le voilà voguant vers l'Afrique , espérant  y donner sa vie à la gloire de son Dieu .
Seulement voilà....Celui-ci sembla avoir une autre idée : Antonio , qui n'était déjà pas trop bien portant ( asthmatique ) fut piqué par des moustiques qui lui inoculèrent sans hésiter une belle malaria ! .... Adieu , Maroc

Là , l'Histoire bafouille un peu .
Selon les uns il aurait abordé au Maroc où on aurait attendu qu'il soit transportable pour le rapatrier pour d'autres , il n'aurait même pas accosté .
Pour tous , en tout cas , c'est en Sicile qu'il se retrouve , après une tempête ...déroutante , pour le moins , qui dérouta le bâteau .
Que fait notre pauvre portugais en Sicile ??...Il reçoit la convocation au Chapître Général de l'Ordre Franciscain ...et part pour Assise en mai 1221 . François était là . Antonio le reconnut pour l'avoir "rencontré" en rêve juste avant de se faire franciscain . Mais il y avait des milliers de frères et personne ne le connaissait . Seul le Provincial de la Romagne lui proposa de l'accueillir ... parce qu'il avait besoin d'un prêtre pour les offices ( et Antonio l'était ).

Il se retrouva donc dans le couvent de Montepaolo , près de Forli , à la grande joie de ses confrères .