Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* dire Merci à St Antoine de Padoue

* autre Ex Voto de remerciement

La Page Tendresse n'est destinée qu'à des messages d'espoir et de force pour aider ceux qui n'en ont plus , et c'est déjà beaucoup .
Enrichissez-la par un mail de 2 ou 3 lignes .

 

"Notre Bon Docteur" a rencontré , au coin d'une allée d'un supermarché envahi de futurs "réveillonneurs" pour le moment affamés , un technicien avec lequel il a travaillé plus de 20 ans à l'hôpital .
Grande joie de part et d'autre , on s'en doute .
- Vous avez l'air en pleine forme !  
- Vous aussi , juste quelques cheveux blancs de plus ...."
et on se met à parler de ceux  qu'on a bien connus  : -  J'ai rencontré Lina , elle est grand'mère , Josette , à la retraite... mais je ne savais pas pour le Dr Z , quel brave homme....et Rosa , vous avez de ses nouvelles ? "
Non , notre Bon Docteur n'en avait aucune nouvelle .... mais de retour à la maison c'est toute une époque de sa vie qui lui revint en mémoire . L'époque "Rosa" .

Elle était entrée dans sa vie
( professionnelle ! ) après que la directrice du personnel soit venue le voir un matin , peu rassurée :
- Docteur , accepteriez-vous que je vous mette Rosa comme secrétaire , au lieu d'Antoinette ?
Protestations ; Antoinette est parfaite . - Oui , mais personne ne supporte plus Rosa ...et j'ai pensé qu'avec vous qui êtes très calme celà pourrait aller " avoua la dame "Le service de gastro n'en veut plus ! Aidez-moi !"
Puisque c'était pour rendre service .... l'innocent accepta et Rosa apparut donc dans son bureau ...pour le meilleur et pour le pire . Il la connaissait de vue , naturellement ; tout-le-monde connaissait Rosa dans la maison, sombre sicilienne à la peau mate et aux formes généreuses qui ondulaient à chaque pas( bien involontairement de sa part : elle avait dû , dans son enfance , porter de lourdes  cruches d'eau sur sa tête, sur les pentes de l'Etna  et en gardait un port ...d'impératrice pour le moins ).
Elle affolait la gent masculine sur son passage , d'un air digne et plus que convenable ( le sicilien n'est pas futile ).

La prise de contact fut excellente :Antoinettte avait laissé un jeu des lettres-types et comptes-rendus les plus courants ce qui faciliterait bien les choses ...et puis Notre Bon Docteur était déjà plein de patience . Elle apparut , austère et convenable .
 
Voici l'image qu'en fait Notre Bon Docteur ....c'est tout dire .

Drôle d'image . Quand on pense qu'il avait osé traiter de "monstre" le coq que Lulu avait dessiné ....les bras vous en tombent .
- Oui , mais moi j'ai le souvenir global , synthétique , symbolique" ose-t-il dire ...." Et Rosa , c'étair un volcan ." Un volcan en apparence bien élevé  , comme le sympa -thique Vésuve qui fait profil relativement bas maintenant qu'il a bien ravagé Herculanum et Pompeï ; juste quelques petites éructations pour combler le touriste , mais pas beaucoup plus

Non , Rosa ne crachotait pas de cette lave-là .
De son propre aveu , si on la cherchait un peu trop : elle "éboullizionait" , expression personnelle qui lui allait fort bien. Et c'est justement ce que ne supportaient pas les autres  malheureuses secrétaires obligées de la cotoyer à longueur de journée .Pourtant elle n'éboullizionait pas pour rien ; seulement si un dossier était mal rangé ou la réserve de papier-machine vide , ou autres crimes.

Deux ou trois ans bien tranquilles s'écoulèrent , personne n'étant là pour contrarier Rosa qui , au demeurant , faisait un travail excellent et se dévouait corps et âme à "son Dottore" toujours si ordonné et ponctuel  ( quelques années plus tard il apprit même que Rosa avait passé un accord avec sa mère à lui pour l'appeler "en douce" et le lui passer , comme par hasard , juste entre 2 patients , ce qui ravissait la vieille dame ). Rosa se confiait petit à petit et "son Dottore" écoutait .
Elle racontait simplement , sans se plaindre , sans enjoliver .
Cette sincérité toute simple avait quelque chose d'émouvant , de touchant .
Tout n'était pas si rose , dans la vie de Rosa .
Elle était mariée à un imprimeur plus dévoré par l'anisette que par l'ambition .
Il fallait s'y attendre , Rosa , avec l'âge , à se mit à  éboullizioner de plus en plus souvent .
De violence verbale en violence conjugale , la situation devint infernale et Notre Bon Docteur ne put que l'encourager lorsqu'elle envisagea de divorcer ( on a beau être sicilienne et catholique , quand c'est trop , c'est trop ) .
Elle parla donc divorce .
Oh  la , la !

L'époux , ne se doutant de rien ,  osa lever la main ....mais elle recula ...et derrière elle il y avait la table de la cuisine , et sur la table , un couteau qu'elle empoigna à tâtons .
Il voulut la désarmer mais elle le tenait fermement et il s'entailla la main , bien décidé cette fois à demander lui-même  le divorce ! Elle le traîna  aux urgences de l'hôpital ( où on le recousit ) puis ... le présenta à son Dottore,  quelque  peu ....décontenancé , lui .  .    

L'éboullizione de Rosa  étant en cours , les choses ne s'arran-gèrent pas au retour à la maison .
Deux ou trois jours plus tard , contrairement à son habitude , elle rentra chez elle à midi , et en un tour de main , mit tout le linge de son époux dans 2 grosses valises qu'elle laissa sur le palier avant de s'en retourner au travail MAIS ... , tenez-vous bien ,
.... AVEC les clés de la nouvelle serrure qu'était venu poser à sa demande pressante ("on a été cambriolés" ) , Bernard , le meilleur ami de son époux .

Le mari rentra du travail un peu plus tôt qu'elle . A la porte ! Elle avait osé le mettre à la porte !...

Ensuite les choses s'accélérè-rent : comme l'ascenseur s'arrê-tait à son étage , Rosa vit que les valises n'étaient plus là , bon .  Mais elle entendit aussi des bruits de rires et de baisers .... provenant de l'étage du-dessus où habitait "oune aguicheuse" qu'elle avait remarquée .
Sans bruit elle monta l'escalier et vit son époux embrasser fougueusement la-dite aguicheuse .  .... Mamma mia !...
Son parapluie se brisa sur le dos des deux  coupables , les valises furent éventrées . ....
...panica !
Les coupables se barricadèrent
...et Rosa      redescendit  .

©

En femme pratique autant qu'énergique , Rosa mena ronde-ment la suite des choses . Un seul avocat (par mesure d'économie) s'occupa du divorce .
Le partage , modeste , fut équitable et la garde de leur grand fils ( déjà interne dans un lycée agricole de province)ne posa aucun problème .On se quitta donc rapidement ...et calmement.
Mais Rosa devait trouver un appartement au loyer moins élevé . Pas facile , sauf lorsque l'on a un "chevalier blanc" tout dévoué près de soi .
Et elle l'avait : Bernard .

Bernard , l'ami fidèle peintre de son état avait coutume d'acheter pour une bouchée de pain de vrais
taudis qu'il retapait et revendait avec un bénéfice substantiel .
Rosa lui donna des ailes ! En quelques semaines un vrai petit bijou fut prêt et mis à sa disposition pour un loyer déri-soire . Rosa exultait et racontait tout celà à Notre Bon Docteur , qui commençait à ...se douter  de quelque chose .
- Rosa , ce garçon est amoureux"
--- Mah , jamais , Dottore ! 
- ...et vous aussi , je crois bien .
--- Jamais ! Les hommes , je n'en veux plous . Jamais ."
...mais voilà , elle devenait plus gaie , pépiait du matin au soir tout ce que le-dit Bernard faisait ... et changea de coiffure ( çà , c'est un signe qui ne trompe pas , dit Notre Bon Docteur ).
Un matin elle fut muette , un brin agitée , mais souriante.
- Alors Rosa , les amours ?
Elle n'attendait que çà : le week-end avait fait  basculer ses théories : foin de l'amitié serviable , vive l'amour  !! Oh lala .
Ce furent de folles amours ,  volcaniques  comme il se doit . Rosa resplendissait .
Hélas , Bernard fit une mauvaise chûte : plâtre et fauteuil roulant à la sortie des Urgences , mais présentation "à mon Dottore" en passant , naturellement .
Chaque jour Rosa faisait le point avec son Dottore . Tout allait bien et Bernard eut même droit à marcher un peu avec des béquilles
mais pas trop .
Rosa commença à parler mariage Bernard , divorcé , n'y était pas opposé . Là où le projet achoppa c'est que Bernard émit l'idée qu'une alliance n'étant qu'un anneau d'or après tout , il était inutile qu'il en rachète une pour lui puisqu'il avait encore celle de son premier mariage ( étant par contre disposé à en offrir une splendide à Rosa ).
--- De quoi ? glapit celle-ci . pas question ! Tou jettes celle-là et tou en achètes une neuve !"
Comme son métier l'empêchait de garder son alliance au doigt pendant son travail , elle restait au fond d'un tiroir après le jour
du mariage ( la preuve ! ) Bernard s'entêta .
Rosa aussi .
Il eut beau offrir une alliance superbe à sa Rosa ... Non !! Elle ne cédait pas .Lassée de tergiverser Rosa lui annonça qu'elle allait l'aider à sauter le pas , et elle le poussa...

 
elle poussa le fauteuil un peu
( trop)fort , en direction de la première bouche d'égoût

A moitié assommé , il balança sa vieille alliance , faisant naître un sourire attendri sur le beau visage de sa Rosa .....
puis , il s'évanouit .


 
Après un nouveau passage
( rassurant ) aux Urgences , les tourtereaux regagnèrent leur petit nid et fixèrent la date des noces .

Il faut reconnaître qu'ils furent très heureux ( son coup sur la tête l'avait-il "adapté" pour toujours au caractère "éboullizioniste" de sa Rosa ? ).
Ils eurent même un petit Prospère ("prénom qui loui portera bonheur", assurait-elle ).
Elle arrêta de travailler pour se consacrer entièrement au bonheur de son mari et du petit.

Notre Bon Docteur reçut à Noël , pendant des années , les bons Voeux de Rosa accompagnés de photos la montrant épanouie avec sa petite famille et il a gardé tous ces souvenirs inénarrables qu'il se remémore avec attendris-sement de temps en temps .
Il va falloir essayer de la rertouver dit-il , car il y a sûrement de nouveaux chapîtres à sa vie .