Page précédente

Page suivante

INDEX                       Tout sur nous ?

Ecrivez-nous : unmomentdecalme@aol.com

* dire "Merci" à sainte Rita

* dire Merci à St Antoine de Padoue

* autre Ex Voto de remerciement

Page Tendresse ont combat souvent les idées reçues ( surtout quand elles sont pessimistes ou méchantes ). C'est une bonne chose , non ?
Pour l'enrichir , un petit mail de 2 ou 3 lignes suffit .

 

Tout çà , c'est à cause du froid .
Quand Lulu a froid , elle écourte ses promenades et  fait travailler , à domicile ,  "ses petites cellules grises" comme Hercule Poirot pour lequel elle nourrit une chaste passion  ( c'est générationnel , comme on dit de nos jours ).
Mais quand Lulu se met à penser plus que de coutume , c'est rarement sans retombées socio-culturelles ( autre idée moderne ! )qu'elle tient absolument à nous faire partager , voire même soutenir si nous nous laissons attendrir ( nous résistons le plus souvent ).
Cette fois il s'agit de l'injustice criante qui est faite aux .... bergères .
Ben oui , elle est comme çà , Lulu .
Le pire , c'est qu'elle a Internet ( évidemment ! ) et qu'elle sait s'en servir relativement efficacement .... d'où de brillantes démonstrations s'appuyant souvent sur des auteurs irréfutables ( encore que pieu-sement ensevelis depuis bellle lurette ) .

Eh bien d'après elle , la bergère est l'exemple-même de ce qu'a pu donner , au fil des siècles , l' éducation machiste qui est le fondement de notre civlisation .

Autant le berger est glorifié , ou pour le moins reconnu , autant la petite bergère ('avez-vous remarqué que l'on parle rarement d'une solide ou combative bergère ? ) est confinée à des rôles de figuration plus ou moins gracieuse ,,, voire "bêtasse" ?  Conclusion hâtive de notre Lulu .

Sur un signe de " Notre Bon Docteur " , compatissant , et toujours ptêt à pousser la

chansonnette , l'ensemble des membres  masculins de notre petit groupe entreprit illico de désarmer notre Lulu indignée .

-- Mais que dis-tu là ? Une petite bergère c'est la douceur , la poésie , la fraîcheur des prés !
Elle est célébrée en chansons !"

Et nous entonnâmes aussitôt le très célèbre " Il pleut , il pleut , bergère ...." très approprié autant qu'anodin à notre avis .
Ah ouiche
( interjection bien française remontant au XV° siècle ) !
Mal nous en prit .
Lulu s'était manifestement renseignée sur Fabre d'Eglantine qui en écrivit , en 1780  , les paroles pour une opérette "Laure et Pétrarque"  ...et ce Fabre ( dit d'Eglantine par une  erreur qui l'arrangeait bien et qu'il ne rectifia donc jamais ) ne lui plaisait pas . Pas du tout même .
Il faut reconnaître qu'il avait une personnalité complexe , pour ne pas dire agitée .Il brigua à peu près tous les postes qui pou-vaient rapporter et se constitua une jolie fortune ...parfois bien mal acquise .
En politique ce ne fut pas mieux : alliances , intrigues ,trahisons et dénonciations se succédèrent dans sa vie agitée pour aboutir à l'échafaud en 1794 , avec Danton.
Il paraîtrait qu'il ait chantonné "il pleut bergère" devant la guillo-tine . Du coup cette romance devint un "chant révolutionnaire"!
D'après les têtes politico-très-pensantes , ce serait Marie-Antoinette qui aurait été mise en garde contre l'orage qui  montait du peuple affamé .
Facile de réécrire l'histoire après qu'elle soit passée . Chère Lulu n'apprécie que modérément .
Et pourtant :
les paroles en sont bien innocentes .
Ecoutez la version de l'incomparable Mady Mesplé , présentée comme historique , mais regardez la version enfantine qui reprend les mêmes paroles ... désuètes et charmantes , sans la moindre arrière-pensée .

Lulu est contre les arrière-pensées .
!

Voici ce texte :

Il pleut, il pleut, bergère,
Presse tes blancs moutons,
Allons sous ma chaumière,
Bergère vite, allons.
J'entends sur le feuillage,
L'eau qui tombe à grand bruit,

Voici, voici l'orage,
Voilà l'éclair qui luit.
Entends tu le tonnerre ?
Il roule en approchant
Prends un abri, bergère,
A ma droite en marchant.
Je vois notre cabane.
Et tiens, voici venir
Ma mère et ma sœur Anne
Qui vont l'étable ouvrir.

Bonsoir, bonsoir, ma mère,
Ma sœur Anne, bonsoir,
J'amène ma bergère
Près de vous pour ce soir.
Va te sécher, ma mie,
Auprès de nos tisons,
 Sœur, fais lui compagnie,
Entrez petits moutons

Soignons bien, ô ma mère,
Son tant joli troupeau,
Donnez plus de litière
A son petit agneau.
C'est fait. Allons près d'elle,
Eh bien ! donc te voilà !
En corset qu'elle est belle !
Ma mère, voyez-la.

Soupons, prends cette chaise,
Tu seras près de moi,
Ce flambeau de mélèze
Brûlera devant toi.
Goûte de ce laitage.
Mais tu ne manges pas ?
Tu te sens de l'orage.
Il a lassé tes pas.

Et bien voilà ta couche
Dors y bien jusqu'au jour
Laisse moi sur ta bouche
Prendre un baiser d'amour
Ne rougis pas bergère
Ma mère et moi demain
Nous irons chez ton père
Lui demander ta main

©

Chagrins de voir notre Lulu aussi morose ( presque en éboulllzione comme Rosa ) nous avons redoublé d'effort et entonné :
"il était une bergère...." dont le souvenir remontait ...à la cour de l'école maternelle .
Qu'allâmes-nous faire dans cete galère ?
Pour ceux qui n'en garderaient que le souvenir des 2 premières strophes ( la majorité ) il faut reconnaître que le texte entier est assez troublant . Voyez plutôt >>>
Il était une bergère,
Et ron, ron, ron, petit patapon.
Il était une bergère,
Qui gardait ses moutons, Ron, Ron
Qui gardait ses moutons

Elle fit un fromage,
Et ron, ron, ron, petit patapon.
Elle fit un fromage,
Du lait de ses moutons, Ron, Ron
Du lait de ses moutons.
Jusque-là tout va très bien . Dansez , petitts enfants ! Pour la suite , c'est tout autre chose vous allez voir .

pour la suite on vous passe les ron , ron pour nous concentrer sur l'action :
 
Le chat qui la regarde,
A un petit air fripon

Si tu y mets la patte,
Tu auras du bâton .

Il n'y mit pas la patte,
Il y mit le menton .

La bergère en colère,
Tua son p'tit chaton .    

Révoltant !...et tout çà sur un petit air entraînant ! Pendant des siècles ....

Elle s'en fut à confesse
Pour demander pardon..

Mon Père, je m'accuse,
D'avoir tué mon chaton.

Ma fille, pour pénitence,
Nous nous embrasserons .

La pénitence est douce,
Nous recommencerons .

Incroyable ! Voilà ce que l'on nous faisait chanter . Seules les 2 premières strophes , heureusement

Même si les siècles précédant et suivant la Révolution n'étaient pas tendres , le pire , selon Lulu , c'est d'avoir osé mettre tout çà sur le dos des petites bergères , déjà bien misérables ( relisez notre page sur Panacea ! ).
Que de crimes ne met-on pas sur le dos de qui ne peut se défendre !
C'est comme une traînée de poudre , la rumeur , la calomnie !!!
Ça passe dans les moeurs , ça se chante et ça se danse parfois .
Ecoutez Jose van Dam !



L'air de la calomnie


Faut-il qu'il soit  pur et sans tache , le berger moyen de notre passé pour que de tels méfaits ne lui aient pas été attribués ! ... Juste un petit relent de contre-bande ou de brigandage parfois ... mais vraiment pas plus , vous savez .


 Page suivante , on est doux avec les petites bergères . C'est pas dommage , nom d'un p'tit agneau !