...Luciano !

©
- Allez-y donc , vous nous direz si ça vaut la peine " avaient dit des amis hôteliers en lui parlant d'un nouveau "tour" en car organisé par des fabriques de vêtements de luxe nombreuses dans la région et désireuses d'attirer des touristes dans leurs magasins d'usine où l'on trouve la collection en cours mais surtout , à 30 ou 50 % du prix initial , les invendus de la saison précédente ou les "2ème choix" , ces vêtements avec un minuscule défaut (signalé par une grosse flèche sur une étiquette cousue au bon endroit...car ils sont le plus souvent à peu prés invisibles ) .
- Ma ?....perchè no ?...se dit Lulu .

A l'heure dite Lulu attend le Pullman annoncé , mais on la prévient : pour cette "1ère"...elle est toute seule ! Donc , pas de bus mais un chauffeur particulier . Ouahhh !...le luxe .
Le voilà qui s'avance . Elle l'a vu dans la salle de restaurant d'ailleurs : la petite soixantaine argentée , bronzé , élégant et las comme savent l'être les italiens...bref " quelques heures de vol tout de même" ...aurait dit cette coquine de Maguy .
Lulu se morigène d'avoir des a-priori pareils , mais redoute un peu l'entreprise et a une petite pensée pour la gent cobaye ô combien méconnue .
En voiture , Lulu !

Lulu ( vous connaissez : la Mère de Maguy ) est partie en vacances en Italie , sur le Lac Majeur . Comme toujours il lui est arrivé 1000 aventures qui l'ont mise en joie . Cette fois , c'est un certain Luciano qui lui a laissé un souvenir...impérissable (oh ! Lulu  ?!!...mais Lulu n'y est pour rien ).
Voici comment les choses se sont passées .
Il s'appelle Luciano di C....mais ne parle pas français . Lulu , elle , est bilingue , même si elle fait semblant de ne pas comprendre quand ça l'arrange .
" Que la Signora l'excuse mais l'Alfa Roméo est en révision aujourd'hui ; nous prendrons la petite Fiat si elle n'y voit pas d'inconvénient" ...dit-il avec un imperceptible clin d'oeil .
En fait , c'est une antique Fiat Punto , jadis blanche mais qui a tourné à ce "gris-rosé-tourterelle-pâlotte" qui fait le charme de tant de maisons italiennes .
A l'avant , une pile de journaux , des miettes de pain , quelques petits copeaux de bois (??) , et un cendrier débordé . A l'allure où va Luciano , ça brinqueballe...mais allègrement , comme la petite pluie qui se met à tomber (il y avait 3 mois qu'on l'attendait !) .
Pas très rassurée , notre Lulu .
- Soyez "rilax" , ils ont l'habitude "-  dit Luciano en la voyant s'accrocher lors de quelques freinages un peu sportifs ( "ils" ...peut-être , mais lui ??) .
Pour la détendre d'ailleurs , après avoir passé en revue Molière ( JB Poquelin pour lui !) , Jean Racine , Pierre Corneille et Ronsard (les italiens sont imbattables sur les prénoms à cause de leurs mots croisés qui vous étalent auteurs , compositeurs et artistes sur 15 ou 20 cases , voire une ligne entière) , Luciano fait une pause...et parle de lui . Il passe une carte de visite à Lulu :
"Headquarters" : bigre ! ...c'est le chef .

...le tout entouré de 2 lions ailés...à 3 pattes avant (?) assis sur une corne d'abondance.
Impressionnant , non ?
NB : "ne vous servez pas du mail canadien...il y a eu tant d'appels qu'ils ont dû le fermer temporairement" . OK !
Lulu réprime un fou-rire magistral .
sur 10 lignes :
C**** Consulting & Associates
HEADQUARTERS
Competence Areas
adresse
Tel :
e-mail .it
e-mail.net
Au dos de cette carte-monument , son N° de téléphone "personnel où vous pourrez me joindre nuit et jour "....ajoute-t-il protecteur entre deux coups de freins hasardeux sur la chaussée glissante .
Par un heureux réflexe , Lulu répond un "non" immédiat à sa demande d'adresse e-mail . " Je n'ai pas Internet ! " Ouf . Les essuie-glace couinent un peu , Luciano descend "en brûler une" en attendant la levée d'un passage à niveau ; il est 15 heures et le retour est prévu à 20h . Ce sera long.
Allez , c'est reparti . Sur Voltaire et la Révolution . JM Arrouet lui plaît et lui permet quelques digressions philosophicolittéraires au cours desquelles on apprend qu'il est fort occupé (mais il a pu se dégager cet après-midi) car il écrit beaucoup lui-même et fait des conférences ou  des présentations de livres , de films , d'expositions etc...et s'est fait ainsi tant d'amis qui se le disputent à qui mieux mieux ( "Quelle chance j'ai !" se dit Lulu ).
- - Au fait quel est votre prénom ?" demande-t-il .
Manque d'imagination ou passage à vide...Lulu dit le sien . Mamma mia !
Luciano lâche le volant une fois de plus et tend la main à Lulu : -"...çà , c'est un signe ! Moi , c'est Luciano ! Je le sentais depuis le début . Vous n'avez pas vu que je ne pouvais pas détacher mes yeux de vous ? " ( Si , si...et c'est même çà qui inquiétait beaucoup Lulu sur ces petites routes tortueuses . Elle , elle regardait droit devant pensant l'encourager à en faire autant ...sans succès ). Panique à bord ! C'est un fou , ça va se corser .
                 Oui , ça se corse .
Maintenant Luciano tourne à gauche sur une petite route qui monte à travers bois .
Lulu oscille entre fou-rire et angoisse , mais n'en mène  pas trop large quand Luciano coupe le moteur d'un seul coup .
On est devant chez lui ! Une petite maison aux volets clos (c'est l'habitude dans la région) . Il a dit qu'il vivait seul . Trop .
- - Voulez-vous entrer ? Juste un coup de fil à donner (mais il a son "telefonino" dans la poche ?!!). Lulu décline fermement et se plonge , l'air aussi revêche que possible , dans l'étude de la carte routière emportée pour se repérer .
Cinq minutes plus tard , Luciano réapparait ...un tableau dans les bras....C'est sa "Mamma " , "qui me manque depuis trois ans " (c'est une jolie expression italienne pour dire que quelqu'un est mort) . Une petite larme brille au bord des cils de Luciano...et plonge Lulu dans le remords : c'est un tendre après tout , italien (très) et du sud (ça s'entend).... Ce n'est pas bien de soupçonner les gens des pires intentions , Lulu !
La Mamma remise sur sa cheminée (enfin , probablement) on repart...dans l'attendrissement général . La voix se fait nostalgique . Luciano parle de ceux qui "manquent"...et ils sont nombreux ! Ou bien il a connu près de la moitié du cinéma italien , ou alors il est cinéphile convaincu . Mais , c'est raconté "avec le coeur " , comme il dit ...et c'est avec un naturel désarmant qu'il passe au tutoiement et au prénom ( mais c'est très italien , çà ) . Lulu fait mine de rien .
Son diagnostic  ( elle regrette l'absence de notre bon Docteur !) oscille entre "grand sentimental" et "fieffé comédien"...mais le tout prend une petite saveur quasi fellinienne qui l'amuse , finalement .
La Fiat s'arrête à nouveau . Sur le parking désert d'une usine désaffectée . "Dangereux psychopathe ?"....mais non!...guide scrupuleux ! Le programme officiel du "tour" promet (en Pullman !) un itinéraire touristique (les petites routes !) et historique...eh bien , Luciano reprend sérieux et emphase pour montrer au loin la silhouette d'un château - autrefois- fort . Ah bon . On repart .
- J'ai annoncé notre arrivée " dit Luciano redevenu "pro" . Effectivement .
La directrice du magasin d'usine se précipite . Il a dû lui raconter Dieu sait quoi sur cette française pour laquelle on organise une visite privée ; Il y a des choses somptueuses , d'un luxe très au-dessus des moyens de Lulu (qui se félicite d'avoir emporté au dernier moment un foulard d'un couturier célèbre - cadeau de Noël - qui sera certainement identifié dans ce milieu de mode ).
La visite est vite finie car Luciano montre les bâtiments et les hangars en disant qu'on n'a pas le temps , étant attendus à deux autres endroits . Lulu , c'est la jet-set , à l'entendre , et la jet-set est pressée , tout le monde sait çà .
- Perchè no ? ...si ça lui fait plaisir de se faire mousser...." se dit Lulu .
On repart avec une petite pile de cartes de la maison "pour donner aux amies " . Lulu s'amuse .
 
Lisez la suite page suivante !
page précédente                retour à l'INDEX