page 4


"les mots des autres...."
 
Il suffit parfois d'entendre les mots des autres pour que les choses se clarifient .
C'est comme si l'on avait toujours pensé çà !
Donnez-moi , s'il en est dans la langue des hommes ,
Des mots légers , des mots tremblants , des mots ailés ,
De ces mots que le vent semble avoir modulés....
              (F. Séverin , Source au fond des bois).
...sur ce site vous trouverez des mots , encore des mots...mais il  n'y a aucun autre moyen de communiquer entre nous , après tout .
Alors , oubliez la chanson que Dalida chantait si bien...et que l'on a parodiée si bien aussi .
Acceptez nos mots !
Ne vous arrêtez pas à la forme . Une page ne vous enthousiasme pas ?...peut être la suivante sera-t-elle mieux en harmonie avec votre état d'esprit du moment .
des mots.....
               des paroles....
des sentences.....
      des proverbes......
des adages.....
      des expressions......
des façons de parler.....

Quand je pense .....
Quand je pense .....

Quand je pense à tous ceux qui savent si bien Vous prier , alors que moi je sais seulement Vous parler avec des mots de tous les jours.....
Quand je pense à tous ceux qui appliquent scrupuleusement tous Vos Commandements et qui s'infligent des sacrifices ou des privations pour Vous les offrir.....
Quand je pense à tous ceux qui savent tant de choses de Votre Eglise , alors que pour moi ce mot représente surtout Votre maison.....
...alors , je me rends compte que , s'il y a quelqu'un qui ne peut vraiment pas prétendre au titre d'être Votre enfant : c'est bien moi !
...et ,comme malgré tout celà je Vous sens près de moi , je sens que Vous m'aimez, je sens que Vous vivez en moi...alors....
..alors , j'éclate !...j'éclate d'amour , de rire , de bonheur...comme l'enfant qui va à la rencontre du Père qui lui tend Ses bras !
Ce que parler veut dire ?
Plein , plein de choses !
C'est essentiel , de parler . Quelle joie lorsque Bébé gazouille ses premiers "arreu...arreu..." puis , imite le poisson rouge pour le plus grand émoi de  "Ma..ma      Ma..ma " ou de "Pa..pa     Pa..pa " .
Quand il sait désigner ce qu'il veut , on s'émerveille ....il faut en profiter car la période des  "NON !" viendra vite , avec quelques complications relationnelles inévitables .
Et comment apprend-on à parler ? Il paraît qu'il y aurait un gène rendant bavarde l'espèce humaine et la différenciant ainsi des animaux dont le "langage" , s'il existe bien , ne semble pas atteindre la richesse de celui de l'humain . L'apprentissage se fait par transmission orale et par l'imitation...d'où la nécessité de ne transmettre que ce que l'on veut entendre ultérieurement dans la bouche du chérubin .
Etonnez-vous , jeunes parents , d'avoir une adorable petite chose qui jure comme un charretier à côté de vous , si vous le faites !
Ce n'est pas toujours sans saveur , d'ailleurs .
Un certain Rémi faisait de superbes phrases commençant par  "Amour Dieu , Madame "...parce quil avait entendu son Papa répéter une petite saynète moyenâgeuse pour la fête du village .
Son grand frère Fabrice , pendant ce temps , répondait , quand on l'appelait : "Mais oui , c'est à quel sujet ?"....
Merci , cher Edmond !
    Ah ! non! c'est un peu court , jeune homme !
On pouvait dire...oh! Dieu!...bien des choses en somme .
En variant le ton , - par exemple , tenez :
Agressif : "Moi , monsieur , si j'avais un tel nez ,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse !"
Amical :"Mais il doit tremper dans votre tasse !
Pour boire , faites-vous fabriquer un hanap !"
Descriptif : "C'est un roc !...c'est un pic !..c'est un cap !
Que dis-je , c'est un cap ?...C'est une péninsule !"
Curieux : "De quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire , monsieur , ou de boîte à ciseaux ?"
Gracieux : "Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ?"
Truculent : "Cà , monsieur , lorsque vous pétunez ,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ?"
Prévenant : "Gardez-vous , votre tête entraînée
Par ce poids , de tomber en avant sur le sol !"
Tendre : "Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane !"
Pédant : "L'animal seul , monsieur , qu'Aristophane
Appelle Hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os !"
Cavalier : "Quoi , l'ami , ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau , c'est vraiment très commode !"
Emphatique : "Aucun vent ne peut , nez magistral ,
T'enrhumer tout entier , excepté le mistral !"
Dramatique : "C'est la mer Rouge quand il saigne !"
Admiratif : "Pour un parfumeur , quelle enseigne !"
Lyrique : "Est-ce une conque , êtes-vous un triton ?"
Naïf : "Ce monument , quand le visite-t-on ?"
Respectueux : "Souffrez , monsieur , qu'on vous salue ,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue !"
Campagnard : "Hé , ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain !"
Militaire : "Pointez contre cavalerie !"
Pratique : "Voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément , monsieur , ce sera le gros lot !"
Enfin , parodiant Pyrame en un sanglot :
"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit , le traître !"
- Voilà ce qu'à peu près , mon cher , vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :
Mais d'esprit , ô le plus lamentables des êtres ,
Vous n'en eûtes jamais un atome , et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !"

( Edmond Rostand : Cyrano de Bergerac )

 

Admirer , rire ,...c'est se laisser emporter hors de sa peine , c'est aussi comme celà qu'on retrouve un moment de calme .
écrivez-nous : unmomentdecalme
@aol.com